Si le milliardaire français Vincent Bolloré avait une courte liste d’opposants à éviter, l’investisseur activiste Dan Loeb se classerait haut.

Le Bloomberg News rapporte lundi que le fonds Loeb Third Point a construit Une participation « substantielle » dans Vivendi SA soulève la possibilité d’une lutte militante charnue pour le contrôle du conglomérat médiatique Bolloré depuis qu’il est devenu le principal actionnaire il y a sept ans. Pour éviter une telle bataille, vous devrez peut-être faire d’autres concessions aux actionnaires existants.

Vivendi a longtemps semblé répondre à bon nombre des critères recherchés par les militants. Gouvernance d’entreprise en difficulté ? Cocher. Une action qui semble se négocier à un prix inférieur à la valeur de ses actifs ? Cocher. Allocation de capital discutable ? Cocher.

Il compte désormais trois militants : Loeb rejoint Artisan Partners, basé à Milwaukee, et Bluebell Capital Partners, basé à Londres, sur le registre des actionnaires. Loeb n’a pas encore dit quels sont ses projets pour Vivendi, dont les activités couvrent la télévision payante, la publicité, l’édition et la musique. Mais le projet de Bolloré d’inscrire Universal Music Group, la maison de disques dont la liste comprend Taylor Swift et Elton John, en tant que société indépendante à Amsterdam semble avoir donné l’impulsion aux agitateurs à s’impliquer.

Les campagnes militantes commencent à avoir du succès en France. Les efforts déployés l’an dernier par le propriétaire du centre commercial Unibail-Rodamco-Westfield pour lever de nouvelles dettes et se préparer à l’impact de Covid-19 ont été rejeté par les investisseurs après résistance des militants ; et Bolloré lui-même s’est associé à un fonds d’activistes pour conduire des changements de gouvernance chez Lagardère SCA, un plus petit conglomérat de médias, cette année. C’est un changement marqué dans un pays où de nombreuses entreprises leaders sont contrôlées par une clique d’élites parisiennes habituées à s’énerver contre l’arrivée des militants.

READ  Les visas de travail britanniques plongés dans une pandémie alors que les investisseurs restaient à l'écart

Avec une capitalisation boursière de 35 milliards d’euros (42 milliards de dollars), Vivendi est une belle récompense. Bluebell et Artisan ont soulevé des questions justes sur les implications fiscales du projet de scission d’UMG. Ils craignent également que Bolloré n’utilise le produit de la vente d’une participation de 10 % dans UMG, à une SPAC dirigée par Bill Ackman, pour financer un rachat d’actions Vivendi. Cela pourrait étendre le contrôle de Bolloré sur Vivendi, c’est pourquoi les militants demandent un dividende spécial aux actionnaires pour compenser les paiements d’impôts liés au spin-off d’UMG. Cela semble être une demande raisonnable.