Mâle main insérant un bulletin de vote dans une urne. Fond blanc. Drapeau de la Libye.
Rue du 24 décembre dans le quartier italien de Tripoli, la capitale de la Libye. (Creative Commons / Abdul-Jawad Elhusuni)

Les participants aux pourparlers de paix parrainés par l’ONU en Libye ont approuvé une liste de candidats cherchant à diriger un gouvernement de transition qui préparera l’État nord-africain aux élections nationales fin 2021, a déclaré l’ONU.

Le gouvernement de transition supervisera les préparatifs du vote qui vise à mettre fin à une décennie de chaos et de conflit qui a laissé la Libye divisée en deux et frappé ses exportations pétrolières vitales dont dépend l’économie du pays.

Les 75 participants aux pourparlers en Suisse, allant des personnalités régionales et tribales aux représentants des factions politiques, voteront la semaine prochaine pour élire un conseil présidentiel de trois personnes et un Premier ministre.

Ils choisiront parmi 24 candidats pour les trois sièges du conseil présidentiel, tandis que 21 personnes se disputeront le poste de Premier ministre, selon la liste de l’ONU publiée samedi.

Alors que les pourparlers soutenus par l’ONU ont progressé, de nombreux Libyens craignent que la concurrence pour les postes ne déclenche de nouveaux combats, annulant un cessez-le-feu qui est largement en place depuis octobre.

La Libye est divisée depuis le renversement de Mouammar Kadhafi en 2011, l’un des nombreux autocrates renversés après des décennies de règne au cours des soulèvements qui ont ravagé le monde arabe.

Depuis 2014, le contrôle de la Libye est partagé entre un gouvernement internationalement reconnu à l’ouest, basé dans la capitale Tripoli, et ses opposants basés à Benghazi, à l’est. Chaque partie a également été aux prises avec des divisions internes, tandis que des groupes armés ont pris le contrôle des principales institutions de l’État.

READ  Le modèle de licence de contenu défectueux de Quibi finit par être une victoire pour Roku

Dans le chaos, les puissances étrangères ont soutenu des camps rivaux. La Turquie a soutenu le gouvernement d’accord national (GNA) à Tripoli, tandis que la Russie, les Émirats arabes unis et l’Égypte ont soutenu l’Armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar à l’est.

Les participants aux négociations de l’ONU se sont mis d’accord sur une formule de vote sur les candidats du gouvernement de transition ce mois-ci.

La liste des candidats approuvés comprend Aguila Saleh, le chef du parlement basé à l’est, ainsi que le ministre de l’Intérieur du GNA Fathi Bashagha, le ministre de la Défense Saleh Namroush et le vice-Premier ministre Ahmed Maiteeg.