Le projet de loi de finances 2021, examiné depuis lundi 12 octobre à l’Assemblée nationale, prévoit d’augmenter la taxe sur l’essence E95E10, sans plomb contenant 10% de bioéthanol.

C’était l’une des promesses faites par le gouvernement après la mouvement gilet jaune – N’augmentera plus les taxes sur les carburants jusqu’en 2022.

Cependant, le Facture de financement 2021, dont l’examen a débuté ce lundi 12 octobre à l’Assemblée nationale, prévoit d’augmenter les taxes sur le SP95-E10, le bioéthanol sans plomb qui en contient 10%.

1 centime d’euro par litre

C’est aussi l’essence la plus vendue en France. Il est prévu dans le projet d’augmenter la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques, TICPE,1 centime d’euro par litre pendant deux ans, soit 0,5 centime d’euro le litre en 2021 et 0,5 centime d’euro le litre en 2022.

Ce qui équivaudrait à une augmentation moyenne de 30 centimes d’euro par dépôt l’année prochaine et 30 cents en 2022. OU 60 cents de plus qu’aujourd’hui à terme.

Tout un symbole

Bien que par litre cette augmentation semble faible, elle en vaudrait la peine car c’est l’essence la plus vendue en France. Cela représenterait un sou supplémentaire par litre, c’est-à-dire un coût supplémentaire de 30 millions d’euros en 2021 puis 60 millions en 2022, comme signalé 20 minutes.

Carburant moins polluant et français

En plus d’être l’un des carburants les moins chers pour être le moins taxé, il est également fabriqué en France et est plus «écologique», en tout cas le moins polluant.

En effet, l’éthanol ajouté à l’essence provient de la fermentation alcoolique du sucre, qu’il soit à base de betteraves, d’amidon de maïs ou de blé, tous d’origine française.

READ  Amazonas: près de Rouen, la guerre des pro et anti-rage

En parallèle avec un prix de l’essence stable

Le prix de l’essence ne devrait pas augmenter avant un an. En effet, comme l’a précisé le président de Total, le prix du carburant, hors taxes, devrait rester stable.

Avec l’endiguement et la fermeture de l’activité dans de nombreux pays depuis plusieurs mois, les grands groupes pétroliers ont accumulé d’énormes stocks d’essence, qui doivent désormais vendre pour contrôler leur frais de stockage.