C’est un nouveau rebondissement dans la guerre d’usure au sein de Lagardère. Le conseil de surveillance de Lagardère a rejeté lundi 31 août la demande d’Amber Capital et Vivendi de convoquer une assemblée générale exceptionnelle, a annoncé le groupe dans un communiqué.

« Le conseil de surveillance a (…) a considéré que les conditions légales pour s’écarter du calendrier social connu de tous les actionnaires ne sont pas réunies « , il explique.

Amber Capital a demandé la tenue d’une assemblée générale des actionnaires « ponctuellement » procéder à une réorganisation partielle du conseil de surveillance. Le fonds d’investissement s’est associé à Vivendi en août dans le cadre d’un pacte d’actionnaires pour obtenir quatre sièges au conseil de surveillance. Amber et Vivendi détiennent près de 44% du capital de Lagardère et un peu plus de 30% des droits de vote.

Dans son communiqué, le conseil de surveillance de Lagardère estime que, «La dernière assemblée générale ayant valablement eu lieu le 5 mai après plusieurs mois d’intenses discussions sur la gouvernance du groupe, il n’y a pas [a] il n’y a aucune raison légitime de convoquer une nouvelle assemblée générale en cas d’urgence « . « Cependant », ouvre la porte à ses détracteurs et fait savoir que« Selon la direction » Avoir « Il a décidé d’ouvrir un dialogue constructif et pacifique avec les actionnaires ».

Lire aussi Groupe Lagardère: Amber Capital demande la convocation d’une assemblée générale

Démissions du conseil de surveillance

Le Comité des Nominations, des Rémunérations et de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) « Profiter de la candidature de Virginie Banet [qui serait proposée par Vivendi], qui examinera notamment au regard de son indépendance et des critères établis dans le document d’enregistrement universel de 2019 «  du groupe.

READ  Nous sommes TotalEnergies : le pétrolier français change de marque verte

Ces dernières semaines, deux membres du conseil de surveillance de Lagardère avaient démissionné: Aline Sylla-Walbaum, directrice générale des activités françaises de la maison de ventes Christie’s, et Yves Guillemot, président-directeur général de l’éditeur de jeux vidéo Ubisoft.

En remplacement de Mje Sylla-Walbaum, le conseil de surveillance a annoncé lundi soir que « Coopté » Valérie Bernis, « Une expérience reconnue au sein de grands groupes à dimension internationale sera un atout précieux pour accompagner le groupe Lagardère ». MÈTREje Bernis rejoindra le Comité des nominations, des rémunérations et de la RSE, il est précisé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Avec le soutien de Bernard Arnault, Arnaud Lagardère voit son mandat de manager renouvelé pour quatre ans

Lagardère a été durement touché par la crise sanitaire et a perdu près de 500 millions d’euros au premier semestre.

Arnaud Lagardère a récemment demandé au milliardaire Bernard Arnault de venir régler ses dettes en échange de 27% du holding familial. Selon les comptes de sa holding, publiés début août, son endettement total s’élevait à 214 millions d’euros en 2019, dont 164 millions d’euros dus en fin d’année.

L’arrivée de Bernard Arnault est prévue début septembre. Le milliardaire et PDG de LVMH doit acquérir 27% du capital par augmentation de capital et achat d’actions.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La paix armée entre Arnaud Lagardère, Vincent Bolloré et Bernard Arnault se fissure

Le Monde avec l’AFP et Reuters