La Renault Mégane eVision est un showcar qui préfigure un modèle de série qui sera présenté en 2021. A mi-chemin entre le SUV et la berline, elle s’appuie sur la nouvelle plateforme CMF-EV dédiée aux voitures électriques.

Il est ici “Renaulution” ! Renault veut se réinventer en se concentrant de plus en plus sur l’électricité, tout en limitant sa dépendance au segment B (citadines polyvalentes), en se concentrant sur le segment C plus rentable (compact).

Cette stratégie bénéficiera notamment de la nouvelle plateforme de l’Alliance Renault Nissan Mitsubishi, la CMF-EV (CMF pour Common Module Family et EV pour véhicules électriques) dédiée aux voitures électriques. Nissan a déjà annoncé un SUV basé sur cette architecture, appelé Ariya.

C’est maintenant au tour de Renault d’annoncer un modèle sur cette plateforme. Plus petite que la Nissan Ariya, la Mégane eVision est toujours au stade du showcar. Il comprend par là qu’il s’agit d’un concept très proche de la série: il préfigure 95% du modèle final, selon Renault.

Une berline à la sauce SUV

Les différences entre SUV et berline ont tendance à disparaître. Si sa hauteur de caisse, en particulier, rappelle les codes des SUV, la Mégane eVision se présente comme une berline. Long de 4,21 m, il mesure environ six pouces de moins que l’actuelle Mégane, mais environ 6 cm de plus. Cependant, il devrait offrir un encombrement équivalent à bord grâce à des porte-à-faux très courts qui maximisent son empattement.

La Mégane eVision inaugure une nouvelle signature d’éclairage LED. Les «C» que portent les Renault actuelles cèdent ici la place à un look plus net. Les bandes led avant et arrière sont capables de diffuser des animations lumineuses.

READ  Les deux tiers des économies accumulées depuis la fermeture sont entre les mains des 20% les plus riches des Français

Malheureusement, Renault n’a pas encore présenté l’intérieur de la Mégane eVision. Cependant, la marque de diamants est un peu plus bavarde sur les caractéristiques techniques de son showcar.

Contrairement à d’autres plateformes dédiées aux voitures électriques, comme le groupe Volkswagen MEB, les véhicules à quatre roues motrices basés sur le CMF-EV seront à traction intégrale. Ce sera le cas de la Mégane eVision qui ne proposera pas de version 4×4, contrairement à la Nissan Ariya. Le véhicule de démonstration comprend une batterie refroidie à l’eau de 60 kWh et un moteur à rotor bobiné de 160 kW (217 ch) avec 300 Nm de couple. Ainsi équipée, la Mégane eVision annonce une autonomie d’environ 450 km en cycle WLTP. Il est compatible avec une charge CA jusqu’à 22 kW ou une charge CC jusqu’à 130 kW. La Mégane eVision bénéficie donc d’une fiche technique dans l’air du temps et qui devrait être là même lors de sa mise en vente.

La version de production de la Mégane eVision sera présentée en 2021 et sera produite en France (les cellules de batterie seront produites en Pologne par LG Chem). Dans un premier temps, il ne doit pas remplacer la Mégane thermique, même si l’avenir de cette dernière reste incertain au-delà de la génération actuelle. La Mégane eVision de série sera la première Renault basée sur la plateforme CMF-EV, mais elle sera bientôt suivie par d’autres modèles.