Seuls 2,6 millions de touristes ont visité Paris l’année dernière, contre 10 millions en 2019.

Peu de touristes contemplent la Joconde ou déambulent dans les rues de Paris cet été, anéantissant l’espoir que la première destination touristique connaîtra des jours meilleurs après la défection liée à la pandémie de l’année dernière.

La Ville Lumière a accueilli entre 3,6 millions et 4,7 millions de visiteurs entre juin et août, contre 10 millions en 2019, avant que le coronavirus n’émerge et ne détruise les voyages internationaux, selon les chiffres de l’office du tourisme.

Seuls 2,6 millions de touristes ont visité Paris l’année dernière.

« Comme les clients de loin ne viennent pas, l’impact est considérable », a déclaré à l’AFP Didier Arino, directeur de la société de voyages Protourisme.

La France a assoupli ses règles de voyage avant la saison estivale, mettant les pays sur un système de code couleur rouge, orange et vert qui détermine si les visiteurs doivent passer un test Covid-19 avant d’arriver, s’ils ont une raison impérieuse de visiter ou de mettre en quarantaine. .

Les musées et autres lieux culturels ont rouvert après de longues fermetures, bien que les visiteurs doivent présenter une preuve de vaccination ou des tests négatifs.

Mais le nombre de visiteurs à Paris reste déçu.

« Se réinventer »

Arino a déclaré que les taux d’occupation des hôtels à Paris étaient pires que dans le reste de la France, avec une baisse de 60% des revenus.

Romain Jouhaud, PDG de 4 Roues Sous 1 Parapluie, une entreprise qui propose des visites guidées en voiture classique française dans la capitale, a déclaré n’avoir eu que 120 clients cet été contre 360 ​​en 2019.

READ  PDG de McDonald's: l'insurrection est une attaque contre la `` marque américaine '', McDonald's

La plupart de ses clients viennent des États-Unis et d’Australie.

« Nous essayons d’avoir un peu plus de clients français, mais notre problème est que notre prix moyen (150 euros) est un peu élevé », a-t-il déclaré, notant que les Français ont tendance à dépenser moins que les étrangers.

Les guides touristiques ont également souffert de l’absence de touristes, avec une activité en baisse de plus de 80% en Ile-de-France, qui comprend Paris, selon l’association des guides FNGIC.

« Paris est le miroir des grandes capitales européennes », a déclaré Arino. « Tout le monde a des problèmes et plus ils dépendent de clients étrangers, plus c’est difficile. »

Sur la Seine, la compagnie de bateaux de croisière Vedettes de Paris a enregistré une baisse de 50 % de son chiffre d’affaires par rapport à 2019. Les clients français représentaient auparavant la moitié des passagers ; ils représentaient 65 pour cent cette année.

L’entreprise s’est adaptée en ajoutant une « croisière apéro » et en installant un espace pour jouer à la pétanque sur son quai.

« Nous avons appris à nous réinventer, à rendre la Seine et la Tour Eiffel aux Parisiens », a déclaré la directrice de l’entreprise Marie Bozzonie.

La tour Eiffel a rouvert mi-juillet après une interruption de neuf mois en raison de la pandémie, mais elle n’a accueilli que 13 000 visiteurs par jour, soit la moitié de son nombre habituel.

Environ 50 pour cent sont français contre 20 pour cent dans le passé.

Des scènes similaires ont été vues au musée Grévin, qui présente des figures de cire de personnages célèbres.

READ  Évacuations en Afghanistan par pays

La moitié de ses visiteurs sont généralement des étrangers. Il est tombé à 10 pour cent cette année, selon François Frassier, directeur de la Compagnie des Alpes, propriétaire du musée et des parcs à thème.