Le samedi 31 octobre, vers 16 heures, près de l’église grecque orthodoxe située rue Père Chevrier à Lyon, un archiprêtre orthodoxe, qui était en train de fermer son église, a été attaqué par un seul homme. Ce dernier a ouvert le feu à deux reprises, avant de s’enfuir, selon une source policière à Monde. Le prêtre a été blessé, son pronostic vital est compromis.

Le ministère de l’Intérieur a fait état d’une intervention des forces de sécurité dans le 7moi Quartier de Lyon, demandant à la population d’éviter le secteur Jean-Macé.

Ces événements se produisent trois jours après l’attaque de la basilique Notre-Dame-de-l’Assomption à Nice, où trois personnes ont été tuées par un agresseur islamiste armé d’un couteau. Après l’attaque de Nice, Emmanuel Macron a annoncé le passage de 3.000 à 7.000 soldats pour l’opération Sentinel afin de protéger les lieux de culte et les écoles. La cellule de crise de la place Beauvau a été activée.

Le Premier ministre Jean Castex s’est exprimé en fin de journée samedi depuis la ville de Saint-Etienne-du-Rouvray, où il devait observer un temps de méditation devant le monument en l’honneur du père Hamel, assassiné. en 2016 par deux jihadistes. « Je n’ai toujours pas d’informations précises sur les circonstances. » de ce qui s’est passé à Lyon, a-t-il dit. « Je dois vous dire que vous devez avoir toute la détermination du gouvernement de la République pour permettre à chacun de pratiquer son culte en toute sécurité et en toute liberté, notre volonté est forte: notre détermination ne sera pas affaiblie »at-il ajouté avant de rentrer à Paris pour participer à la cellule interministérielle de crise.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Christian Estrosi après l’attaque de Nice: « Il n’y a pas de droits pour les ennemis de la loi »

READ  Les Secrets du château en France 3: que pense la presse du téléfilm avec Anny Duperey? - Actualités du cinéma