TikTok avait averti qu’il avait l’intention d’intenter une action en justice contre l’État américain. Le réseau social, propriété de la société chinoise Bytedance, opère en annonçant, le lundi 24 août, qu’il dépose une plainte contre l’administration de Donald Trump. Cette plainte est déposée devant la Cour fédérale et conteste la publication d’un décret signé début août par le président Trump, qui vise à limiter l’utilisation de TikTok sur le sol américain.

TikTok est au centre des tensions diplomatiques entre la Chine et les États-Unis depuis plusieurs mois. Le gouvernement américain accuse la plate-forme de vidéo courte, très populaire auprès des adolescents et dont l’utilisation a explosé avec le confinement, de collecter des données auprès de ses utilisateurs et de mener des activités liées à l’espionnage. au nom du gouvernement chinois. Donald Trump et ses équipes craignent particulièrement que le réseau social ne soit utilisé pour influencer l’élection présidentielle du 3 novembre.

Lire aussi Donald Trump signe deux décrets contre les applications chinoises de TikTok et WeChat

“Nature politique”

Des craintes qui ont conduit Donald Trump à signer, le 6 août, un décret interdisant toute transaction entre un citoyen ou une entreprise américaine et TikTok, dont les activités internationales sont gérées aux États-Unis, mais dont la société mère reste l’entreprise. Bytedance chinoise. Ce texte doit entrer en vigueur le 20 septembre, selon les modalités encore à définir par le gouvernement. Cela pourrait faire pression sur Apple et Google, qui gèrent la fourniture d’applications sur les smartphones fonctionnant sous iOS et Android, pour qu’ils cessent d’offrir TikTok dans les applications téléchargeables.

READ  Facebook et Twitter signalent une nouvelle interférence russe

Dans un communiqué de presse publié citant des éléments de la plainte, TikTok nie une fois de plus être un outil d’espionnage au service de Pékin. “Nous ne sommes pas du tout d’accord avec la position de l’administration selon laquelle TikTok est une menace pour la sécurité nationale.”, justifie l’entreprise. «Ce décret présidentiel n’est pas motivé par des préoccupations concernant la sécurité nationale. Des experts indépendants en sécurité ont critiqué le caractère politique de ce texte “ajoute TikTok dans sa plainte.

TikTok estime que le décret signé par Donald Trump va au-delà du droit américain en abusant de l’IEEEPA (International Emergency Economic Powers Act), un texte qui autorise le président à prendre des décisions commerciales vitales en cas d’urgence nationale. TikTok soutient en outre avoir démontré sa bonne foi en coopérant avec les autorités américaines, notamment lors de l’enquête qui a déjà été menée sur le réseau social par le CFIUS (le comité des investissements étrangers aux États-Unis). , dont la fonction est d’examiner les investissements réalisés par des acteurs étrangers dans des entreprises américaines.

Lire aussi TikTok interdit aux États-Unis? Les réponses à vos questions

«Avec ce décret qui menace d’interdire nos opérations aux États-Unis, éliminant la création de 10 000 emplois aux États-Unis et faisant un tort irréparable aux millions d’Américains qui se tournent vers cette application pour le divertissement et un moyen de subsistance particulièrement vital. pendant la pandémie, nous n’avons tout simplement pas le choix “, avance également TikTok dans son communiqué de presse.

Un achat en négociation

Depuis la signature du décret, le sort de TikTok et son accessibilité pour les utilisateurs américains est en suspens. L’une des solutions envisagées pour éviter l’interdiction de l’utilisation de l’application: le rachat des activités américaines de TikTok par une société américaine

READ  une partie de la population madrilène reconfigurée depuis ce lundi
Lire aussi Trump contre TikTok ou la guerre froide du Web

La multinationale Microsoft est actuellement en pourparlers avec la société chinoise pour un tel scénario, approuvé par la Maison Blanche. Mais Donald Trump a également récemment exprimé son soutien à une offre d’achat potentielle d’Oracle. Ce groupe informatique a été cofondé par Larry Ellison, qui haute millions de dollars de fonds pour la campagne électorale du président républicain.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’acquisition de TikTok, un pari risqué pour Microsoft

Depuis le succès retentissant de Tiktok, diverses autorités ont fréquemment soulevé la question de l’utilisation des données personnelles des utilisateurs. En février 2019, la Federal Trade Commission, l’organisme de réglementation du commerce américain, a infligé une amende à la société pour avoir recueilli illégalement des données auprès d’enfants de moins de 13 ans. En France, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a ouvert cet été une enquête sur TikTok, afin de vérifier sa conformité avec les lois françaises et européennes sur la protection des données personnelles des internautes.

Lire aussi La CNIL lance une enquête sur TikTok

Le monde avec l’AFP