La police morale iranienne va reprendre les patrouilles du foulard

Capture d’écran,

La police de la moralité controversée de l’Iran est chargée de faire respecter le code vestimentaire strict du pays (image d’archive)

La police iranienne reprend ses patrouilles controversées pour s’assurer que les femmes respectent les codes vestimentaires et se couvrent les cheveux en public, rapportent les médias d’État.

La “police de la moralité” retournera dans la rue pour faire appliquer les lois iraniennes sur le hijab, a déclaré dimanche un porte-parole.

Cela survient 10 mois après qu’une jeune femme, Mahsa Amini, est décédée en détention à la suite de son arrestation à Téhéran pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire.

Sa mort a déclenché des protestations nationales massives et les patrouilles ont été interrompues.

Cependant, les partisans de la ligne dure islamique exigent depuis un certain temps que les patrouilles reprennent.

Selon la loi iranienne, basée sur l’interprétation de la charia du pays, les femmes doivent se couvrir les cheveux avec un hijab (foulard) et porter des vêtements longs et amples pour dissimuler leur silhouette.

L’unité de la police morale est chargée de veiller à ce que ces règles soient respectées et de détenir les personnes perçues comme étant habillées “de manière inappropriée”.

Lors des patrouilles, les agents avertiront d’abord les femmes de ne pas respecter les règles, a déclaré le porte-parole de la police, Saeed Montazerolmahdi, cité par l’agence de presse radicale Tasnim.

S’ils désobéissent aux ordres, la police peut intenter une “action en justice”, a-t-il ajouté.

Elle s’est effondrée après avoir été emmenée dans un centre de détention pour être “éduquée”. À ce moment-là, il y a eu des rapports selon lesquels les policiers ont frappé Mme Amini à la tête avec une matraque et lui ont cogné la tête contre l’un de leurs véhicules.

Cela a provoqué la colère de millions d’Iraniens, déclenchant des mois de violentes manifestations anti-gouvernementales à travers le pays, au cours desquelles près de 600 manifestants ont été tués, dont plusieurs exécutions par l’État.

Dans les mois qui ont suivi les manifestations, de nombreuses femmes ont complètement cessé de porter le hijab. C’était le plus grand défi au pouvoir religieux en Iran depuis la révolution de 1979.

Les vidéos publiées sur les réseaux sociaux suggèrent que, jusqu’à récemment, voir des femmes ne pas porter de hijab devenait de plus en plus courant.

Mais, à leur tour, les autorités iraniennes ont imposé des sanctions plus sévères, comme obliger les entreprises à fermer si elles ne respectaient pas les lois sur le hijab.

Bien que les manifestations aient attiré un grand nombre d’Iraniens, certaines personnes restent de fervents partisans du code vestimentaire strict.

L’Iran a eu diverses formes de “police de la moralité” depuis la révolution. Cette dernière version, officiellement connue sous le nom de Guidance Patrol (Gasht-e Ershad), a commencé ses patrouilles en 2006.

On ne sait pas combien d’hommes et de femmes travaillent pour la force, mais ils ont accès aux armes et aux centres de détention, ainsi qu’aux soi-disant “centres de rééducation”.

sous-titre vidéo,

La BBC a cartographié comment la mort de Mahsa Amini a déclenché des troubles généralisés en Iran

Informations supplémentaires de BBC Monitoring.