“Cela ne va nulle part” : est une source européenne très familière avec le sujet, qualifiant ainsi les négociations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE) sur la nature de leur future relation «post-Brexit» de 1c’est Janvier 2021. ET “Il n’ira nulle part en septembre”, Cet interlocuteur poursuit, alors que ce mois-ci deux rounds de négociations sont prévus – le premier débutera mardi 8 septembre – entre les équipes de Michel Barnier, côté bruxellois, et David Frost, côté britannique.

«Le Royaume-Uni n’a pas bougé, il n’a pas négocié. Rien ne se passera avant octobre », poursuit un diplomate. Des deux côtés du canal, nous avons été particulièrement occupés à gérer la crise des coronavirus et ce n’est pas fini. De plus, Boris Johnson voudra probablement laisser passer le congrès du parti conservateur en octobre, avant de s’attaquer plus activement à la question du Brexit.

Lire aussi Brexit: pas d’accord à la mi-octobre, “il faudra l’accepter et passer à autre chose”, déclare Boris Johnson

Les négociations entre Londres et Bruxelles échouent toujours sur les deux mêmes questions. La pêche, d’abord: les Européens exigent un accès inaltéré aux eaux britanniques pour leurs pêcheurs, tandis que les Britanniques veulent au moins que leurs droits de pêche dans leurs eaux territoriales soient doublés. Seuls huit États membres, dont la France, sont préoccupés par cette question, mais, pour le moment, les 27 se sont unis. “Barnier a tenté une ouverture, mais les huit ministres européens de la pêche l’ont rappelé à l’ordre”, fait confiance à un diplomate. Depuis, le négociateur en chef européen n’a pas publié: “Sans une solution équilibrée et durable à long terme sur la pêche, il n’y aura tout simplement pas de partenariat économique », répété le 2 septembre.

Les négociations butent toujours sur les deux mêmes questions: la pêche et les conditions de concurrence

Deuxième enjeu sur lequel les positions semblent inconciliables: les conditions de concurrence. Afin de donner aux Britanniques un accès privilégié au marché intérieur (zéro quota, zéro droit de douane), les Vingt-Sept veulent des garanties que Londres restera alignée sur les normes européennes, notamment en matière d’aides d’État. “Comment pouvons-nous parvenir à un accord sur notre partenariat économique à long terme sans savoir quel système d’aides publiques ou de subventions sera mis en place, sans garantir que le Royaume-Uni n’utilisera pas sa nouvelle autonomie pour créer des distorsions de concurrence à l’avenir? “, Demanda Michel Barnier.

READ  Un rappeur du groupe PNL en garde à vue pour "consommation de drogue", "outrage" et "rébellion"

Vous avez 64.18% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.