Il s’agit de la première acquisition de Sir Martin Sorrell en France. Et cela s’inscrit parfaitement dans sa stratégie de constitution du groupe de communication «nouvelle ère numérique», qu’il entend faire dès le départ depuis qu’il a quitté le PDG de WPP en avril 2018. S4 Capital, le fonds d’investissement qu’il a récemment fondé puis, en mai de la même année, il a annoncé jeudi l’acquisition de 100% de l’agence parisienne Dare.Win pour un montant non divulgué.

Dans le communiqué de presse annonçant l’opération, Dare.Win se présente comme “l’une des agences créatives numériques les plus passionnantes et innovantes de France”. Créée en 2011 par Wale Gbadamosi-Oyekanmi et employant actuellement 85 personnes pour une marge brute de près de 10 millions d’euros, cette structure s’est spécialisée dans le secteur du divertissement et s’est rapidement forgé une réputation de créative. Avec des budgets réduits, il a réussi à développer des campagnes efficaces car parfaitement adaptées aux nouveaux usages.

Perturber le marché

Parmi ses clients, certaines des marques qui brillent au firmament de la nouvelle économie comme Netflix, Google ou PlayStation. Dare.Win est l’agence de communication de Netflix depuis son lancement en France en 2014. Et c’est en multipliant les opérations réussies de lancement de jeux vidéo ou de contenus, notamment via les réseaux sociaux, qu’elle l’a fait savoir. Jusqu’à ce que l’existence de cette pépite soit portée à la connaissance de Sir Martin Sorrell. “Avec des clients partagés (Google et Netflix, ndlr), un business model flexible comme le nôtre et une ambition commune de bouleverser le marché, Dare.Win s’est imposé comme une très bonne option pour pénétrer le marché français”, expliquer auFigaro l’ancien chef de WPP.

READ  Mise à jour du Revolution et du Delta Freebox Player, mais aussi du répéteur Pop WiFi, on opte pour le service Free Ligue 1 Uber Eats

L’intégration de MediaMonks, le réseau de publicité numérique de S4 Capital que Dare.Win va désormais rejoindre, permettra à la jeune agence de réaliser ses ambitions de développement international, tout en bénéficiant de l’expérience et des connaissances d’un producteur de contenu dont la créativité a été saluée dans de nombreux concours internationaux.

L’opération permettra à Sir Martin Sorrell de continuer à construire son groupe de communication en élargissant sa couverture géographique, désormais dans une trentaine de pays. Contrairement aux holdings (WPP, Omnicom, Publicis) qui ont enregistré des baisses de leurs revenus au premier semestre en raison de la crise sanitaire, S4 Capital a réalisé une très bonne performance en progressant significativement sur la période. Son chiffre d’affaires, qui s’ajoute aux revenus des différentes entités acquises par Sir Martin Sorrell pendant deux ans – principalement sur les marchés américain et européen (Firewood, MediaMonks, MightyHive) – atteint 141,3 millions de livres (156 millions d’euros). euros) entre janvier et juin, jusqu’à 7% en bio. Le bénéfice net s’élève à 124 millions de livres (137 millions d’euros), soit une croissance organique de 12,2%. A la Bourse de Londres, la capitalisation de S4 Capital a déjà atteint près de 2 milliards de livres, tandis que celle de WPP s’élève à 7,7 milliards.