S’exprimant au palais présidentiel à Tunis, le président de la Commission européenne Ursula von der Leyen a applaudi l’accord qui vise à « investir dans une prospérité partagée ».

Elle était accompagnée du Premier ministre italien. Giorgia Melon et le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, qui étaient tous en Tunisie le mois dernier pour des discussions sur l’accord.

“Nous avons besoin d’une coopération efficace, plus que jamais” sur la migration, a déclaré von der Leyen, annonçant une plus grande coopération contre “la contrebande et les réseaux de contrebande” et dans les opérations de recherche et de sauvetage.

L’UE a cherché des moyens d’aider la Tunisie à tenter d’endiguer le flux de migrants tentant de périlleux voyages en mer depuis ce pays d’Afrique du Nord dans l’espoir d’atteindre l’Europe.

Meloni a salué “une nouvelle étape importante pour faire face à la crise migratoire” et a invité le président tunisien Kais Saied à une conférence internationale sur la migration le 23 juillet.

Rutte a déclaré que l’Union européenne et “le peuple tunisien” bénéficieront de l’accord, notant que l’UE est le plus grand partenaire commercial de la Tunisie.

En juin, von der Leyen avait offert à la Tunisie 105 millions d’euros pour soutenir des mesures visant à freiner la migration irrégulière, 150 millions d’euros d’aide immédiate et 900 millions d’euros d’aide à long terme.

Mais l’argent dépendrait de l’approbation du prêt de près de 2 milliards de dollars actuellement en cours de négociation avec le Fonds monétaire international.

Von der Leyen a déclaré que l’UE restait “prête à soutenir la Tunisie” et à fournir les fonds “dès que les conditions nécessaires seront remplies”.

READ  Wall Street se rétablit alors que les actions technologiques remontent

(AFP)