Le poids lourd français Tony Yoka a laissé tomber son compatriote Johann Duhaupas, arrêté par l’arbitre au premier tour, pour son retour sur les rings après un an d’absence, vendredi à Paris La Défense Arena.

Le boxeur de 28 ans a assommé son adversaire et compatriote en moins d’une minute et trente secondes.

Je n’avais pas combattu depuis un an et demi

Après un an et demi sans combat, le champion olympique (2016), désormais invaincu en 8 combats (dont 7 victoires avant la limite), avait été un an sans combat et sans succès contre l’Allemand Michael Wallisch, le 28 septembre. de 2019.

Une succession de droits

Yoka Il a débuté très fort, affirmant son pouvoir d’entrée avant d’abattre son adversaire dans une succession de droits. Après un premier passage sur le tapis, Duhaupas Il y est revenu une seconde fois avec un uppercut dévastateur de Yoka, obligeant l’arbitre à interrompre le processus après 1’30 ”.

Le combat en chaîne Yoka, qui a sans doute affronté son adversaire le plus sérieux depuis son arrivée chez les pros en 2017, en a profité pour éclaircir les choses après de longs mois de joutes verbales avec Duhaupas.

Je voulais commencer très fort

Il prédisait “le combat le plus dur” de sa carrière professionnelle encore naissante. “Je voulais commencer très fort, analysé, chaud, Yoka. J’ai un peu plus faim. Je voulais aller un peu plus loin. C’est quand même une vraie étape. Je voulais vraiment gagner en cours de route.”

À la recherche du titre mondial

Le Français de 28 ans, lancé dans une «Conquête» hautement scénarisée par Canal + qui le conduirait soi-disant au titre mondial, va ainsi pouvoir reprendre sa marche en avant, son objectif étant désormais d’enchaîner les luttes pour finalement avoir de la chance mondiale d’ici fin 2021. .

READ  Hommages à un artiste "populaire", ambassadeur de la "belgitude"

Duhaupas sonna

Pour Duhaupas, 39 ans, la sixième défaite de sa carrière (sur 38 victoires dont 25 avant la limite) peut être la fin d’un parcours marqué notamment par un titre de champion de France (2013) et deux défaites honorables contre deux référents dans la catégorie reine: l’Américain Deontay Wilder, l’un des frappeurs les plus puissants de la planète (arrêt de l’arbitre au 11e tour en 2015 pour la ceinture WBC), et le Russe Alexander Povetkin (K.-O.en sixième) rond).

Un retour gagnant pour Mossely aussi

La boxeuse française Estelle Mossely a également fait un retour gagnant sur les rings, plus de quatre mois après avoir donné naissance à son deuxième enfant, en battant sa compatriote Aurélie Froment aux points vendredi à Paris La Défense Arena.