Lionel Messi a annoncé mardi sa volonté de quitter le Barça, son club de toujours, dans un contexte de désaccord intense avec son président, Josep Maria Bartomeu, et ses collaborateurs. Ce n’est pas la première fois que l’attaquant argentin connaît des moments de tension avec les membres du club catalan, qu’ils soient joueurs, entraîneurs ou entraîneurs. Petit rappel des précédents “faits d’armes” de “La Pulga”.

Septembre 2012: donne un savon à David Villa

Le 22 septembre 2012 face à Grenade en Liga au Camp Nou (2-0), devant environ 90 000 spectateurs, Messi remet à David Villa un savon coupable de ne pas lui avoir remis le ballon en premier lieu. Ce qui attire l’attention des supporters du Barça. En fait, c’est la première fois que l’Argentin s’adresse à un joueur de cette condition, qui est blessé et a longtemps considéré qu’il y avait trop d’égoïsme dans le jeu de Messi. En novembre 2011, plusieurs journaux espagnols ont mentionné le fait que les deux hommes ne se parlaient plus. En 2011-2012, Messi avait déjà élevé la voix contre Cristian Tello ou Alexis Sánchez.

Décembre 2013: humilie le vice-président Faus

D’Argentine, où il se remet d’une blessure à la cuisse, Messi a provoqué un tremblement de terre en décembre au RAC 1. Sur cette radio catalane, Javier Faus, vice-président en charge des questions économiques et stratégiques, a répondu à une question sur la nécessité d’élargir la Contrat de Messi, lié au club jusqu’en 2018: “Je ne vois aucune raison d’améliorer le contrat de quelqu’un que nous avons déjà conclu il y a six mois (7 février) ». Réponse de l’Argentine: «M. Faus est une personne qui ne connaît rien au football et qui veut diriger le FC Barcelone comme s’il s’agissait d’une entreprise, mais ce n’est pas le cas. Le Barça est l’une des meilleures équipes du monde, qui mérite également d’être représentée par les meilleurs leaders. “

READ  Incident de Neymar-Álvaro González: ce que risque l'Espagnol

Janvier 2015: couper la bite de Luis Enrique

Le 4 janvier 2015, l’entraînement du Barça est devenu incontrôlable à cause de Messi et de son entraîneur, Luis Enrique. Témoin de la scène, le défenseur français Jérémy Mathieu racontera quelques semaines plus tard après un déni des intéressés: «Du coup, suite à une faute que Luis Enrique n’a pas sifflé lors d’un match entre nous, Leo est devenu fou. Ils se sont tous les deux frits. Mais ils se sont dit ce qu’ils avaient à dire. Ensuite, l’entraîneur est allé le voir dans les vestiaires pour discuter de l’incident et il a finalement été résolu ». Le lendemain, l’Argentin saute l’entraînement. Le Barça continuera avec sept victoires consécutives, Luis Enrique introduisant plus de flexibilité dans sa gestion.

Février 2020: jetacle Eric Abidal

Le 4 février 2020, Eric Abidal, secrétaire technique du Barça, justifie, dans le journal sport, le récent licenciement d’Ernesto Valverde en raison de l’attitude des joueurs. Messi, qui a rencontré son gardien Marc-André ter Stegen à l’entraînement, réagit sur Instagram: «Chacun doit être responsable de son travail et assumer la responsabilité de ses décisions. Les joueurs, ce qui se passe sur le terrain. Et d’ailleurs, nous sommes les premiers à reconnaître quand nous ne sommes pas bien. Les gestionnaires doivent également assumer la responsabilité de leurs responsabilités et des décisions qu’ils prennent. Je pense que quand on parle des joueurs, il faut donner des noms car sinon on salit tout le monde et on nourrit des rumeurs qui ne sont pas vraies. “ Un coup dur pour Abidal, qui a également été engagé pour travailler à l’union de la mise en scène et des costumes.

READ  A l'ONU, Emmanuel Macron demande de ne pas se contenter d'un "multilatéralisme des mots"

Juin 2020: défiez Quique Setién et son équipe

Au terme du tirage au sort très mouvementé du FC Barcelone à Vigo (2-2) le 27 juin, une discussion tendue commence, selon Marque et Monde du sport, entre les cadres de la garde-robe, Messi et Luis Suárez en tête, et leur entraîneur, Quique Setién. La rupture est confirmée, symbolisée par ces images répétées abondamment de l’autre côté des Pyrénées de Messi, ignorant ostensiblement le remplaçant de Setién, Eder Sarabia, venu lui parler lors d’une nouvelle pause contre le Celta. Les grands joueurs vont même exprimer le désir de traiter directement avec Setién et plus encore avec son remplaçant, qui a une personnalité qui divise.