APPLE ET TESLA DIVISÉS PAR UNE MEILLEURE RÈGLE

par John McCrank

NEW YORK (Reuters) – Les actions d’Apple et de Tesla, symboles de la croissance exponentielle des actions technologiques, seront nettement plus abordables lundi, ce qui devrait les rendre encore plus populaires, même si certains doutent du bien-fondé de la transaction. .

Les actions Apple seront divisées par quatre et les actions Tesla par cinq, sachant que la première vient de passer 500 dollars pour la première fois et la seconde vaut plus de 2000 dollars.

L’idée des deux géants est de rendre leurs actions plus abordables et d’attirer ainsi plus d’investisseurs privés.

Les actions d’Apple et de Tesla, dont la valorisation est montée en flèche depuis que les marchés boursiers ont effacé les pertes initiales liées aux mesures de confinement en mars, ont encore augmenté leurs bénéfices depuis l’annonce de leur division.

Les actionnaires d’Apple recevront quatre actions de leur valeur à la clôture de vendredi, et le multiple passera à cinq pour Tesla.

Les deux valeurs seront donc beaucoup moins dissuasives pour les investisseurs plus modestes, très présents sur les marchés depuis quelques mois, une forte volatilité qui porte la promesse de rendements rapides et spectaculaires.

Cependant, ce dernier n’a pas attendu les “splits” pour investir dans Apple ou Tesla.

L’INVESTISSEMENT EST DÉMOCRATISÉ

Des courtiers tels que Robinhood, Charles Schwab Corp ou Fidelity offrent la possibilité d’investir dans une fraction d’action depuis plusieurs mois.

Ajoutant à cela le fait que de plus en plus de plateformes ne facturent pas de frais, toute personne possédant un téléphone mobile peut investir dans l’entreprise de son choix.

READ  Scor: Impact plus faible que prévu du COVID-19 sur la réassurance vie

Robinhood, dont la popularité ne cesse de croître et dont la valorisation dépasse déjà 11 milliards de dollars, vous permet d’investir à partir d’un dollar dans n’importe quelle société cotée, offrant aux investisseurs à faible revenu la possibilité de bénéficier d’un portefeuille diversifié.

«Être capable de posséder une fraction d’une action enlève toute importance au prix d’une action, toutes choses égales par ailleurs», affirme Julian Emanuel, directeur de la stratégie actions et dérivés chez BTIG.

Utilisées depuis des années par les fonds communs de placement, cependant, les fractions d’actions ne sont que récemment devenues largement disponibles et tous les courtiers ne les proposent pas.

TD Ameritrade, un pionnier du commerce en ligne que Schwab a acheté pour 26 milliards de dollars, n’en propose pas, par exemple, même s’il dit y penser.

Ces dernières années, du fait des “divisions” opérées par des sociétés comme Apple, Google, désormais détenues par Alphabet, ou encore Mastercard et Visa, les volumes de transactions des investisseurs privés ont triplé, souligne JJ Kinnahan. Analyste de marché en chef chez Ameritrade.

«Historiquement, nous avons vu nos investisseurs particuliers utiliser le fractionnement d’actions comme une opportunité d’investir dans des actions populaires qui étaient peut-être devenues trop chères avant la scission», explique-t-il.

(Version française Patrick Vignal, édité par Jean-Michel Bélot)