Devant le Palais de Tokyo, à Paris. – François Mori / AP / SIPA

Sept nouveaux départements ont emménagé dans la “zone de trafic actif” du
COVID-19[feminine, ou «zone rouge», qui porte à 28 le nombre de départements où des mesures renforcées peuvent être adoptées contre le virus, a annoncé un décret publié dimanche au Journal officiel.

Le nord, le Bas-Rhin, la Seine-Maritime, la Côte d’Or – quatre départements aux agglomérations importantes, la métropole de Lille, Rouen, Le Havre, Strasbourg, Dijon – les deux départements de Corse (Corse-du-Sud et Haute- Corse) et l’île de La Réunion sont concernées par ces nouvelles mesures.

«Pouvoirs renforcés» pour les préfets

28 départements, dont quatre d’outre-mer, sont désormais classés dans ce domaine selon ce décret qui prend effet «immédiatement». Paris et les Bouches du Rhône ont été les premiers à être classés «rouges» depuis le 14 août, compte tenu de l’intensification de la circulation du virus.

Le passage d’un département à une “zone de circulation virale active”, également appelée “zone rouge”, signifie que les préfets disposent de “pouvoirs renforcés” pour prendre des mesures complémentaires, sur la base de “données épidémiologiques locales”.

READ  A l'école d'été du PS, les écologistes ont séduit les socialistes