INTERVIEW EXCLUSIVE – Bertrand Camus, PDG de Suez, réagit à la proposition de son rival Veolia d’acheter 29,9% de son capital à Engie puis de lancer une OPA sur le groupe.

Bertrand Camus, PDG de Suez, samedi sur le site du Figaro.
Bertrand Camus, PDG de Suez, samedi dans les locaux de Figaro. Vincent Boisot / Vincent Boisot / Le Figaro

LE FIGARO. – Vous avez été surpris par l’offre de Veolia. Cependant, elle n’ignore pas le projet d’Engie de céder sa participation dans Suez ou la volonté de Veolia de prendre le contrôle du groupe.

Bertrand CAMUS. – Lorsque vous lancez un raid hostile comme celui-ci, vous ne prévenez pas la planète entière. Les éléments de l’équation étaient en place et nous nous préparions au lancement d’Engie. Le plus surprenant est le moment choisi par Veolia: l’activité de traitement de l’eau et des déchets est un secteur essentiel, et la France continue dans une crise sanitaire, avec des enjeux prioritaires d’emploi et de reprise économique. Au-delà de ces circonstances, l’opération proposée par Veolia est aberrante pour Suez et désastreuse pour la France. Il s’agit d’une tentative de déstabilisation en grande partie d’une entreprise phare de notre pays. C’est une opération financière opportuniste, avec une approche baroque. Dévalorise les actifs de Suez: les cours des actions sont affectés par

Cet article est réservé aux abonnés. Vous avez encore 86% à découvrir.

Abonnement: 1 € le premier mois

Peut être annulé à tout moment