Avec plus de 47 000 nouveaux cas et 291 nouvelles foyers épidémiologiques identifiés en France au cours de la semaine écoulée, Santé publique France met en garde contre l’aggravation de la situation sanitaire.

A la veille du conseil de défense du Covid-19 ce vendredi, tous les indicateurs liés à la situation épidémiologique sont en rouge: la résurgence de l’épidémie sur le territoire se confirme.

Augmentation “exponentielle” du nombre de personnes testées positives au Covid-19, augmentation du nombre de clusters et augmentation du nombre de personnes hospitalisées … dans son point épidémiologique hebdomadaire publié ce jeudi soir, Santé publique France fait sonne l’alarme et exige une plus grande vigilance.

> Le nombre de cas et de groupes augmente

Avec 47294 nouveaux cas de SRAS-CoV-2 diagnostiqués au cours de la semaine du 31 août au 6 septembre, le coronavirus continue de circuler davantage sur le territoire français. Le nombre de nouveaux cas a augmenté de 20% en une semaine, tout comme le taux d’incidence du virus (le nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants).

«Si la dynamique de l’épidémie se poursuit, le nombre de cas confirmés par semaine doublera en 14 jours», prévient Santé publique France.

Cependant, cela ne peut pas être expliqué par le fait que nous ferions plus de tests semaine après semaine, car le taux de détection reste stable par rapport à la semaine dernière.

> Toujours plus d’épidémies épidémiologiques

Dans le même temps, le nombre de grappes a considérablement augmenté la semaine dernière. 291 éclosions épidémiologiques (hors maisons de retraite médicalisées) ont été signalées cette semaine, contre 200 la semaine précédente. Plus d’un quart des groupes signalés depuis le 9 mai proviennent d ‘«antécédents familiaux élargis» ou «d’événements publics ou privés».

READ  Pékin censure Thomas Piketty

> 35 départements au-dessus du seuil d’alerte

Au total, 35 départements français ont un taux d’incidence supérieur au seuil d’alerte, soit 50 cas pour 100 000 habitants. Parmi eux, sept départements ont un taux de plus de 100 cas pour 100 000 habitants.

> Un saut dans le taux de positivité du test

En conséquence, le taux de positivité pour les tests de dépistage a également augmenté au cours de la semaine du 31 août. Il est passé de 4,4% le 24 août à 5,2% la semaine dernière.

> Le virus est très actif chez les jeunes adultes.

Selon Santé publique France, cette augmentation du nombre de nouveaux cas touche toutes les tranches d’âge. Mais le plus grand nombre de cas (+ 44%) concerne les personnes âgées de 75 ans et plus, ainsi que les personnes âgées de 15 à 44 ans (+ 39%).

Le taux d’incidence reste très élevé chez les jeunes adultes, car nous avons remarqué une augmentation marquée (35%) chez les 15-19 ans et une augmentation de 23% chez les 40-44 ans.

> Augmentation des hospitalisations, mais impact limité

Le taux hebdomadaire de nouvelles hospitalisations a augmenté dans toutes les régions du 26 août au 1er septembre (1 700 nouvelles hospitalisations enregistrées la semaine dernière, contre 1 300 la semaine précédente), à ​​l’exception de Grand-Est. Il en est de même pour le taux d’admissions en réanimation, qui a augmenté dans toutes les régions (288 nouvelles admissions, contre 210 la semaine précédente), à ​​l’exception de la Corse et de la Bretagne.

Mais Santé publique France modère ces chiffres, car si le nombre de nouveaux cas augmente considérablement en France, l’impact sur le système de santé français reste modéré, sauf en région PACA. Rappelons que les niveaux d’hospitalisation et d’admission aux soins intensifs sont encore modérés par rapport à ceux enregistrés dans la période mars-avril.

Cependant, «le risque d’une intensification de la propagation du virus dans les populations à risque fait craindre une augmentation des hospitalisations dans un futur proche», prévient l’agence de santé publique.

> Les symptômes maintenant dans la plupart

Autre changement notable: au cours de la semaine du 31 août, plus de la moitié des cas déclarés positifs, soit 52,7% d’entre eux, présentent désormais des symptômes du coronavirus, contre 49% la semaine précédente. Un chiffre jusqu’à 11% pour une semaine.