Le premier ministre Jean Castex l’a annoncé le vendredi 11 septembre, 42 départements sont désormais classés en “zone de circulation active du virus”. Quels sont ces départements? Quelles conséquences? Nous faisons le point.

Les départements classés dans la zone rouge sont les suivants: Paris, Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d’Oise, Loiret, Côte d O, Seine-Maritime, Nord, Pas-de-Calais, Bas-Rhin, Sarthe, Maine-et-Loire, Loire-Atlantique, Îlle-et-Vilaine, Gironde, Pyrénées-Atlantiques, Hérault, Haute-Garonne, Gard , Tarn-et-Garonne, Pyrénées-Orientales, Aude, Rhône, Ain, Puy-de-Dôme, Loire, Isère, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Guadeloupe, Martinique, Réunion . De plus, la Guyane et Mayotte sont classées comme “territoires en état d’urgence sanitaire”.

Une zone de circulation virale active (en rouge sur la carte) se caractérise principalement par un taux d’incidence supérieur à 50 pour 100 000 habitants et une dynamique épidémique défavorable (exemple: l’augmentation rapide du taux d’incidence).

Cependant, à l’avance (exemple: si le département a un taux d’incidence très proche de 50 pour 100000 habitants et en augmentation) et pour des raisons de cohésion territoriale (exemple: si le département est proche d’un autre département avec un taux d’incidence élevé ), le département peut être classé comme ZCA sur la base d’un taux d’incidence supérieur à 30 pour 100 000 habitants. La décision de passer à la ZCA est prise par décret du Premier ministre.

Mayotte et la Guyane ne sont pas en rouge mais en violet car elles sont toujours en état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 octobre 2020.

© Crédit photo: Visactu Infographic

Quelles conséquences?

  • Dans les zones en rouge, les préfets peuvent:

– limiter ou même interdire les réunions.
– fermer les établissements non essentiels ouverts au public.
– limiter les déplacements à l’intérieur d’un territoire (100 km, ville, département, etc.).
Et dans ces mêmes domaines, les autorités sanitaires peuvent décider:
– renforcer les gestes barrières (porter un masque, etc.).
– renforcer les capacités de détection.
– Mobiliser les établissements de santé (augmentation de la capacité de soins, etc.).

  • Dans les territoires en état d’urgence sanitaire, le Premier ministre peut prendre des mesures:

– limiter la liberté d’aller et venir, d’entreprendre, de se rencontrer.
– réquisition des biens et services nécessaires pour mettre fin à la catastrophe sanitaire.
– contrôles temporaires des prix.
– De plus, un test virologique est imposé aux personnes qui voyagent en avion à destination ou en provenance de ces communautés.

READ  Pogacar détruit Roglic et prend le maillot jaune à la veille de la dernière étape