TLe cri de ralliement des Wallabies pour la série de trois tests contre la France est « vive la renaissance », suggérant que nous sommes sur le point d’assister à la renaissance de l’équipe nationale. Mais dans quelle mesure ce slogan est-il basé sur la réalité et dans quelle mesure n’est-il que du battage médiatique ?

Depuis qu’elle a disputé la finale de la Coupe du monde 2015, l’Australie est tombée à la septième place mondiale, son plus bas classement de l’histoire.

Lors de sa première saison à la barre l’année dernière, Dave Rennie a supervisé des résultats médiocres, perdant la Bledisloe Cup pour la 18e année consécutive et terminant dernier du Rugby Championship derrière les All Blacks et l’Argentine.

Les Wallabies doivent faire de réels progrès cette année si les revendications d’une renaissance australienne doivent être prises au sérieux.

La France a connu un renouveau, mettant fin à une longue période de sous-performance avec un finaliste des Six Nations durement disputé derrière le Pays de Galles cette année.

Avec l’entraîneur français Fabien Galthie, le style français de renom est revenu dans le jeu des Bleus, complétant sa ténacité à l’avant. Malheureusement, la France a envoyé une équipe de deuxième ligne en Australie avec beaucoup de ses joueurs vedettes se prélassant à la maison.

Cela laisse les Wallabies dans une situation perdant-perdant. S’ils gagnent, ce sera parce que les Français n’avaient pas la force. Perdre et la réputation du rugby australien en souffrira encore plus.

Non seulement les Wallabies doivent battre la France, mais ils doivent aussi les battre de manière globale pour montrer qu’ils sont capables de retrouver leur gloire d’antan en route vers la Coupe du monde 2023 en France.

Rennie ne prend aucun risque en sélectionnant l’équipe la plus forte disponible pour le test 1 au Suncorp Stadium de Brisbane mercredi soir.

La plus grande controverse a été la sélection du porteur de ballon des NSW Waratahs Jake Gordon devant le n ° 9 des Queensland Reds Tate McDermott pour commencer à la place du blessé Nic White.

McDermott a certainement produit une meilleure forme que Gordon, qui a subi une campagne de Super Rugby en proie à des blessures. Mais Gordon est mieux adapté au plan de match des Wallabies, qui sera basé principalement sur les coups de pied tactiques et la défense. Espérons que McDermott aura une chance de mettre ses brillantes compétences de course à profit vers la fin du match lorsque la défense française est fatiguée.

Jake Gordon a été sélectionné avant Tate McDermott. Photographie : Chris Hyde / Getty Images

Avec une division de six à deux entre les attaquants et les demis sur le banc de la réserve, Galthie a signalé l’intention de la France de dominer à l’avant. Rennie a choisi de ne pas réagir de la même manière, préférant la traditionnelle répartition de cinq à trois entre les attaquants et les arrières sur le banc des Wallabies.

Avec des joueurs comme Allan Alaalatoa, le pilier étriqué, le n ° 6 Rob Valetini et les deuxièmes rameurs Lukhan Salakaia-Loto et Matt Philip dans le peloton de tête, ainsi que le rameur avant Taniela Tupou et le rameur Isi Naisarani sur le banc, les Wallabies il doit en avoir assez physique pour contrer l’attaque française.

Philip vient de terminer une saison avec le club français de Pau et saura à quoi s’attendre des attaquants des Bleus. Mais c’est là que les Wallabies peuvent trouver leurs meilleures opportunités. La France a des arrières jeunes et inexpérimentés, tandis que l’Australie a une énorme puissance d’attaque avec Hunter Paisami, Marika Koroibete et Tom Wright, s’ils leur donnent le ballon.

C’est la première fois que cette configuration backline est lancée dans un test commun et pourrait souffrir d’un manque de cohésion. La nouvelle combinaison des intérieurs de Gordon, du cinquième huitième de Noah Lolesio et du centre intérieur Matt Toomua doit assumer la responsabilité collective de faire bouger les résultats.

Toomua et Paisami forment une combinaison de centre physique, ce qui signifie que les Wallabies tenteront sans aucun doute de prendre le dessus sur la ligne d’avantage au milieu de terrain. Le dur Toomua donnera également le ton à la défense des Wallabies sur le dos.

Avec l’expérience de Rennie à Kiwi, j’espère que l’équipe commencera à montrer plus d’instinct pour attaquer sur le ballon libre, en particulier si elle met l’accent sur la défense, ce qui génère une attaque.

Il n’y a pas beaucoup d’expérience sur le banc des Wallabies avec quatre joueurs illimités – le talonneur Lachlan Lonergan, le deuxième rameur Darcy Swain, le centre Len Ikitau et l’arrière Andrew Kellaway – ce qui pourrait être critique dans les 20 dernières minutes.

Guide rapide

Comment puis-je m’inscrire aux alertes d’actualités sportives ?

Spectacle

  • Téléchargez l’application Guardian depuis l’App Store iOS sur les iPhones ou le Google Play Store sur les téléphones Android en recherchant « The Guardian ».
  • Si vous possédez déjà l’application Guardian, assurez-vous d’avoir la dernière version.
  • Dans l’application Guardian, appuyez sur le bouton jaune en bas à droite, puis accédez à Paramètres (l’icône d’engrenage), puis Notifications.
  • Activez les notifications sportives.

Merci pour tes commentaires.

Il est entendu que Rennie a entraîné les Wallabies très durement dans leur camp de Sanctuary Cove sur la Gold Coast.

Cela suggérait que Rennie se tournait vers la Bledisloe Cup et le Rugby Championship, mais a également indiqué que l’entraîneur avait peut-être identifié une faiblesse dans les deux principales équipes australiennes de Super Rugby, les Reds et les Brumbies, qui s’est souvent estompée en seconde période contre le Kiwi. opposition dans la compétition Super Rugby Trans-Tasman.

Avec 15 des 23 joueurs Wallabies venant des Brumbies (neuf) et des Reds (six), Rennie a peut-être estimé que les joueurs devaient améliorer leur condition physique pour le dos du jeu, en particulier s’il était réticent à aller dans une banque inexpérimentée. dans une compétition serrée.

Étonnamment, les Wallabies n’ont pas joué contre la France depuis cinq ans, la dernière rencontre était une victoire 25-23 contre l’Australie à Paris, ajoutant un élément de mystère à cette série.

Après les Français, les défis pour les Wallabies seront bien plus grands. Vivez-vous la renaissance ou plus ça change ?

READ  Le groupe Watches of Switzerland (LON:WOSG) mérite-t-il une place sur votre liste de surveillance ?