Alors que les États-Unis se préparent à ramener les humains sur la Lune cette décennie, l’un des plus grands dangers auxquels les futurs astronautes seront confrontés est le rayonnement spatial qui peut avoir des effets durables sur la santé, des cataractes aux cancer et les maladies neurodégénératives.

Bien que les missions Apollo des années 1960 et 1970 aient prouvé qu’il était sûr pour les gens de passer quelques jours sur la surface lunaire, la NASA n’a pas pris de mesures quotidiennes de rayonnement qui aideraient les scientifiques à quantifier combien de temps les équipages pourraient rester.

Cette question a été résolue vendredi après la publication d’une équipe sino-allemande dans le journal Progrès scientifiques les résultats d’un expérience réalisé par l’atterrisseur chinois Chang’E 4 en 2019.

“Le rayonnement de la Lune est entre deux et trois fois plus élevé que ce que vous avez sur l’ISS (Station spatiale internationale)”, a déclaré à l’AFP le co-auteur Robert Wimmer-Schweingruber, astrophysicien à l’Université de Kiel.

“Cela limite donc votre séjour à environ deux mois à la surface de la Lune”, a-t-il ajouté, une fois que l’exposition aux radiations du voyage d’environ une semaine là-bas, et une semaine de retour, est prise en compte.

Il existe plusieurs sources d’exposition aux rayonnements: les rayons cosmiques galactiques, les événements sporadiques de particules solaires (par exemple des éruptions solaires), les neutrons et les rayons gamma des interactions entre le rayonnement spatial et le sol lunaire.

Le rayonnement est mesuré à l’aide du sievert unitaire, qui quantifie la quantité absorbée par les tissus humains.

READ  Les hôpitaux creusent pour un long hiver alors que les patients atteints de coronavirus augmentent

L’équipe a constaté que l’exposition aux radiations sur la Lune était de 1 369 microsieverts par jour, soit environ 2,6 fois plus que la dose quotidienne de l’équipage de la Station spatiale internationale.

La raison en est que l’ISS est encore partiellement protégée par la bulle magnétique protectrice de la Terre, appelée magnétosphère, qui dévie la plupart des radiations de l’espace.

L’atmosphère terrestre offre une protection supplémentaire aux humains en surface, mais nous sommes plus exposés à mesure que nous montons.

“Les niveaux de rayonnement que nous avons mesurés sur la Lune sont environ 200 fois plus élevés qu’à la surface de la Terre et cinq à 10 fois plus élevés que sur un vol de New York à Francfort”, a ajouté Wimmer-Schweingruber.

La NASA prévoit d’amener des humains sur la Lune d’ici 2024 dans le cadre de la mission Artemis et a déclaré qu’elle prévoyait une présence à long terme qui inclurait des astronautes travaillant et vivant à la surface.

Pour Wimmer-Schweingruber, il y a une solution de rechange si nous voulons que les humains passent plus de deux ou trois mois: construire des habitats protégés des radiations en les enduisant de 80 centimètres (30 pouces) de sol lunaire.

© Agence France-Presse