La NBA a connu un moment historique hier soir. Avec la grève des Bucks suivie du report de plusieurs matchs éliminatoires, les joueurs ont pris un coup dans la lutte pour la justice sociale. Une action très forte qui intervient plusieurs semaines après l’appel d’un certain Kyrie Irving, qui avait contesté les motivations derrière la reprise de la saison NBA.

Il y a un peu plus de deux mois, le 13 juin 2020, Adrian Wojnarowski a abandonné son costume de briseur de nouvelles pour enfiler l’accusateur: “Kyrie Irving, le perturbateur”. Pour ceux qui ont des problèmes avec la langue de Shakespeare, cela se traduit par «Kyrie Irving, le perturbateur». Ce sont les mots utilisés par le Woj pour décrire l’oncle Drew dans un article publié dans ESPN après une réunion d’environ 80 joueurs, au cours de laquelle Kyrie, la star des Nets et surtout l’un des vice-présidents du syndicat des joueurs (NBPA), s’était clairement positionné contre une reprise de la saison NBA à Orlando. Une réunion qui a eu lieu une semaine après une convocation de la NBPA, où Kyrie avait participé au vote unanime en faveur de la reprise, et où ils ont discuté du bain à remous, des boissons et des commandites. De quoi enchevêtrer les pinceaux, mais au final, pour Irving, la récupération était synonyme de distraction, le basket devait passer au second plan. Bien que blessé et manquant le reste de la saison 2019-2020, Irving a envoyé un message fort à ses coéquipiers, dans le but de les convaincre de ne pas reprendre afin de vraiment prioriser la lutte pour la justice sociale en réponse à la mort de George Floyd sous le genou d’un flic de Minneapolis: «Je ne vais pas à Orlando. Je ne suis pas en faveur du racisme systémique et de toute cette merde. Cela ne me semble pas juste. Je suis prêt à tout abandonner pour surmonter l’injustice sociale “. Des mots qui pèsent, suivis de faits ici et j’étais. Aujourd’hui, après la grève des joueurs de Milwaukee et le report de plusieurs matchs éliminatoires suite à l’affaire Jacob Blake dans le Wisconsin, le discours de Kyrie Irving résonne d’une manière complètement différente.

Après l’épisode de juin dernier, l’oncle Drew a reçu une avalanche de critiques au visage. L’article de Woj est un exemple de la façon dont il a été catalogué, mais ce n’est que la pointe de l’iceberg. «Disruptive», «égoïste», «diva»… autant d’adjectifs qui ont été utilisés sur les réseaux sociaux ou dans les médias pour décrire Kyrie Irving. Victime de votre mauvaise réputation? Sans aucune doute. Sa théorie “The Earth is Flat” lui colle toujours et le discrédite aux yeux de beaucoup de gens, et son triste échec aux Celtics suivi de son départ à Brooklyn a poussé Kyrie à entrer dans le clan des méchants de la NBA. “Mousse leader, mauvais coéquipier, mauvaise influence des vestiaires”, c’est ainsi qu’il est généralement perçu: un joueur extrêmement talentueux, mais un joueur individualiste qui voulait sortir de l’ombre de LeBron James pour avoir sa propre équipe avant de passer à autre chose. avant. entrer en conflit avec votre rôle de leader. Un gars qui vit dans son monde, et très souvent incompris. Pour cet ensemble de raisons, l’accent a été mis davantage sur le messager que sur le message lui-même. Mais à la fin, Kyrie Irving, dans son costume de vice-présidente de la NBPA, a posé les vraies questions cet été. Si la grande majorité des joueurs a voulu reprendre pour profiter de la plateforme d’Orlando pour envoyer des messages, mais aussi en raison des conséquences possibles qui accompagnent une grève générale, les événements d’hier vont clairement dans le sens du discours d’oncle Drew: ” Je suis prêt à tout abandonner pour surmonter l’injustice sociale “, rappelles toi.

READ  Tour de France - Thibaut Pinot: "Je veux juste m'excuser ...!"

Les maillots “Black Lives Matter”, l’inscription sur le parquet, le genou au sol lors de l’hymne national, les messages sur les maillots… c’est bien, mais ce n’était pas suffisant pour les joueurs après. la nouvelle gaffe de la police subie par Jacob Blake. Bien nommé. Parce que alors que le monde de la NBA commençait tranquillement à tourner dans la maison de Mickey, la brutalité policière, malheureusement, continuait à balayer la bulle. Cette énième tragédie du côté de Kenosha a poussé les Bucks à prendre une décision très forte, décision qui est devenue un moment historique, pour apporter de réels changements sur la question de la justice sociale. Kyrie Irving, souvent moqué et ridiculisé pour ses interventions, avait souligné la nécessité d’une action de cette ampleur il y a plus de deux mois., alors que la Ligue préparait son retour à Disney World. Une nouvelle vidéo avec un afro-américain brutalisé par la police et des joueurs de la NBA est finalement arrivé à la même conclusion: nous ne jouons pas, le basket prend une place arrière aujourd’hui, point final.

«Nous n’aurions même pas dû venir dans ce foutu endroit. En venant ici, vous faites la lumière sur les vrais problèmes. On ne peut rien faire d’ici. “

– Le meneur de Bucks George Hill il y a quelques jours, via États-Unis aujourd’hui

Alors maintenant, il est difficile de dire comment la situation évoluera dans les heures et les jours à venir. Peut-être que la saison reprend, peut-être que les joueurs vont plus loin en arrêtant complètement la saison. C’est le flou total. Mais peut-être que nous écouterons Kyrie différemment la prochaine fois, sans préjugés. Nous incluons.

READ  Le vestiaire du PSG commence à poser des questions sur Tuchel