La telenovela entre la LFP et Mediapro va de l’herbe au domaine juridique. À la suite de la “notification formelle” du groupe sino-espagnol par la Ligue de football professionnel, L’équipe apporte de nouvelles informations importantes: la LFP a saisi les tribunaux pour obtenir l’expiration du contrat de droits de télévision qui expire le 5 octobre. Le Tribunal de Commerce de Paris est désormais en charge de l’affaire, tandis que la Ligue a “a demandé à l’actionnaire de référence de Mediapro d’activer sa garantie“, prévu dans le contrat entre les deux parties pour les droits de diffusion de Liga et Liga 2.

Nous devrons maintenant nous rendre en Espagne, où réside Joye Media SL, propriétaire à 100% de Mediapro. La demande de la LFP “s’accompagne d’un processus pour tenter de récupérer les fonds en Espagne“, précis L’équipe. Joye Media SL a des bureaux à Madrid et est détenue majoritairement par un fonds chinois, Orient Hontai Capital. La LFP attend le versement de 172 millions d’euros depuis plus de dix jours, montant du terme prévu pour octobre dans le contrat de droits de télévision dont bénéficie Mediapro, via Canal Téléfoot, pour la première saison.

En attendant de voir la couleur de ces millions d’euros tant attendus et nécessaires à l’équilibre financier du football français, déjà mis à mal par la pandémie de covid-19, la LFP a pris ses dispositions. Il s’appuiera sur ses propres réserves de 50 millions d’euros pour garantir un premier versement aux clubs dans les prochains jours. Pour atteindre les 172 millions d’euros que Mediapro doit payer, la Ligue a également contracté un prêt de 120 millions d’euros, pour achever le transfert vers les clubs. Ce prêt sera débloqué avant la fin du mois, afin que les formations d’élite puissent disposer des liquidités nécessaires et notamment payer les salaires.

READ  le port du masque est obligatoire dans les écoles en début d'année scolaire

Cette solution temporaire n’est qu’un pansement sur un saignement. Mais au moins, cela évite une effusion de sang qui aurait pu lui causer d’énormes dégâts.