ROMUALD MEIGNEUX / SIPA

Le ministre de la justice Eric Dupond-Moretti prétend être un chasseur “passionné” et s’attaque aux “ayatollahs de l’écologie” dans la préface d’un livre du président de la Fédération nationale des chasseurs à paraître mardi.

«Ce livre, les ayatollahs de l’écologie s’en serviront pour allumer le barbecue où ils cuisineront leurs steaks de soja», écrit l’ex-avocat dans la préface de «Un chasseur à la campagne», de Willy Schraen. Eric Dupond-Moretti a rédigé ce texte, révélé dimanche par le JDD, avant de rejoindre le gouvernement.

Défenseurs de la cause animale, “éclairés”, “fondamentalistes”

Il qualifie les défenseurs de la cause animale d ‘«éclairés» et de «fondamentalistes», selon les extraits cités par le journal. «Ils veulent que nous ayons honte d’être un chasseur, (…) nous culpabiliser d’être ce que nous sommes, car nous sommes aussi notre passion. Et pendant trop longtemps, nous avons refusé de nous défendre, convaincus sans doute que l’intolérance et l’absurdité ne méritent pas de réponse », écrit-il.

L’ancien ténor des barres explique qu’il n’a «pas honte» lorsqu’il «tue une perdrix» et lorsqu’il «se délecte de la chair de l’oiseau». Il salue le livre, un “petit bijou”, fait “pour que les chasseurs levez la tête ». Dans ce livre,
Willy Schraen se positionne comme un défenseur de la ruralité et condamne les «terroristes de la cause animale» et autres «nouveaux combattants verts».

Le ministre de la Justice a réagi dimanche sur Twitter aux nombreux commentaires soulevés par sa préface. “Nous pouvons être contre l’interdiction d’une certaine chasse et défenseur du climat et de la nature, comme je le suis et j’ai toujours été”, écrit-il. «Je n’ai jamais blâmé les écologistes mais les ayatollahs de écologie. Les premiers sont pour moi très différents des seconds », a-t-il expliqué.

“Dupond-Moretti en tant que défenseur de la chasse et des chasseurs … C’est déjà bien qu’il n’ait pas été nommé ministre de la Transition écologique …”, a plaisanté la sénatrice EELV Esther Benbassa sur Twitter.



3,4 K

actions

READ  A l'ONU, Emmanuel Macron demande de ne pas se contenter d'un "multilatéralisme des mots"