Correspondant à Bruxelles

Fermeture d’entreprises non essentielles, télétravail obligatoire, limitation à une personne pour les visites à domicile. Vendredi soir, le Premier ministre belge Alexander De Croo a annoncé une tournure sérieuse après une réunion interminable avec des représentants des entités fédérées, à savoir la Wallonie, Bruxelles et la Flandre.

Ces règles s’appliqueront à partir de minuit le dimanche et au moins jusqu’au 13 décembre. Soit un mois et demi de blocage minimum. Le remède, sévère, répond à une situation sanitaire catastrophique. « Ce sont les dernières étapes pour éviter que les soins médicaux ne craquent sous une pression immense.De Croo a argumenté. Contrairement à la France, il est permis de voyager dans n’importe quelle partie du pays. En bref, il ne s’agit pas de remplir un formulaire à chaque fois que vous souhaitez quitter. « Je ne vois pas pourquoi quelqu’un ne peut pas marcher dans une forêt à 50 kilomètres de chez lui»A expliqué le Premier ministre. L’enseignement en présentiel est également préservé autant que possible. Les jardins d’enfants et les écoles élémentaires pourront rouvrir à partir du 16 novembre, deux jours après la fête de la Toussaint qui a débuté ce vendredi soir. L’éducation sera pour moitié en face à face et pour moitié à distance dans l’enseignement secondaire. Contrairement à l’enseignement supérieur, où l’enseignement à distance est la règle.

Je ne vois pas pourquoi quelqu’un ne peut pas marcher dans une forêt à 50 kilomètres de chez lui

Le Premier ministre belge Alexander De Croo

Au moins, les politiciens belges auront réussi à parvenir à un accord cette fois. Car il n’y a pas eu de fausses notes lorsque la conférence de presse au cours de laquelle le Premier ministre et les présidents ont annoncé ce tour de vis, y compris le flamand Jan Jambon, qui jusqu’alors hésitait au blocus et voit désormais la Flandre se faire dépasser par le virus.

Multiplication des transferts de patients

En fait, un mois s’était écoulé depuis que tout le monde s’était tripoté et contredit, ajoutant des mesures régionales à celles du gouvernement fédéral, au grand dam des Belges qui ne comprenaient plus vraiment.

Pendant cette période de grande cacophonie, les pollutions ont littéralement explosé dans ce pays de 11,4 millions d’habitants, six fois plus petit que la France en termes de population. Les chiffres sont instructifs. Et Alexandre de Croo, Premier ministre depuis un mois seulement, les a appelés vendredi soir. 100 000 nouveaux cas de Covid ont été enregistrés la semaine dernière. Ces chiffres sont sans doute beaucoup plus élevés puisque, depuis dix jours, les personnes asymptomatiques n’ont pas été testées. Les hôpitaux sont également débordés avec 743 admissions rien que mercredi. Chiffres nettement supérieurs au pic de mars. De Croo a averti: « À la mi-novembre, 10 000 personnes atteintes de Covid pourraient être hospitalisées dans nos hôpitaux et 2 800 en soins intensifs.« Ce qui signifie qu’ils rempliraient ensuite tous les lits de réanimation disponibles, y compris ceux qui s’ouvrent dans le pays.

Pour y faire face, les transferts de patients se multiplient. « Nous avons transféré 16 patients de Liège vers la Flandre et 4 vers l’Allemagne», A indiqué le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke.

Toutes ces mesures portent un coup dur à l’économie belge, beaucoup moins robuste que celle de la France. Alexender De Croo a promis que personne ne sera laissé de côté. Et, pour éviter que la tristesse ne submerge la population, Frank Vandenbroucke a invité les Belges à mettre des lumières sur les fenêtres « pour montrer qu’il y a une lumière au bout du tunnel«L’automne et l’hiver seront probablement longs.

READ  Football-Japon s'approche des KO, Gignac mène le rebond de la France