Donald Trump fait un autre pas pour accepter sa défaite. Le président sortant des États-Unis a déclaré jeudi 26 novembre qu’il partirait “Effacer” la maison blanche oui La victoire de Joe Biden aux élections présidentielles du 3 novembre, il a été officiellement confirmé, bien qu’il ait répété qu’il n’admettrait peut-être pas sa propre défaite.

Le chef de l’Etat venait de présenter ses vœux aux forces armées pour la grande fête de Thanksgiving aux Etats-Unis lorsqu’il a été arrêté par des journalistes.

Êtes-vous prêt à admettre formellement votre défaite si le collège des grands électeurs confirme que le démocrate Joe Biden sera le prochain président des États-Unis? “Ce sera quelque chose de très difficile à accepter, car nous savons qu’il y a eu une fraude massive”Il a répondu sur le résultat de l’élection présidentielle, sans fournir de preuves.

Quitterez-vous alors la Maison Blanche le 20 janvier, jour de l’investiture du prochain président des États-Unis? “Bien sûr que je le ferai. Et tu le sais.”le service du bout des lèvres a répondu.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Aux États-Unis, l’entêtement de Donald Trump à nier sa défaite fracture le champ républicain

“Beaucoup de choses se passeront d’ici le 20 janvier.”

Ces propos, sur les lèvres de Donald Trump, sont importants, car son refus d’admettre la victoire de son adversaire est unique dans l’histoire du pays. Même si le commerce entre lui et Joe Biden au début de l’année prochaine ne faisait plus de doute.

Le Collège des grands électeurs se réunira le 14 décembre pour désigner officiellement le vainqueur de l’élection. Cela devrait être une formalité. Joe Biden est crédité de 306 électeurs, bien plus que la majorité des 270 voix nécessaires pour gagner, contre 232 pour Donald Trump. La nomination de Joe Biden aura lieu le 20 janvier.

READ  Julien Stéphan (Rennes): "Un match très difficile" à Séville

“Je pense qu’il se passera beaucoup de choses d’ici 20” Janvier voulait aussi dépasser le président sortant.

Jusqu’à présent, tous les recours judiciaires introduits par le président sortant ont échoué. Et les états clés de cette élection, les uns après les autres, certifient les résultats.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Contentieux, retards et revers: quel délai la loi fédérale américaine prévoit-elle pour la nomination du président?

Déménagement en Géorgie la semaine prochaine

Lors de sa conférence de presse de jeudi, fête de Thanksgiving, Donald Trump a estimé que l’infrastructure électorale des États-Unis était “Comme celui d’un pays du tiers monde”. Mais il n’a fourni aucune preuve concrète ou preuve pour étayer ses allégations d’induire les démocrates en erreur. Il a également annoncé qu’il se rendrait en Géorgie le 5 décembre, où l’élection de deux sénateurs en janvier déterminera la majorité à la chambre haute.

Mercredi, le président sortant a communiqué à ses partisans: “Nous devons inverser ce choix ». Démocrates “Triché. C’était un scrutin frauduleux”. Le président élu Joe Biden avait dit, presque simultanément, de la ville de Wilmington, Delaware: «Aux États-Unis, nous avons des élections libres et équitables et nous respectons les résultats. Les habitants et les lois de ce pays n’accepteront rien d’autre “.

Mais déjà lundi dernier, Donald Trump était contraint de donner son feu vert au lancement du processus de transition entre son administration et celle du président élu. Joe Biden a désormais accès aux fichiers, aux fonds et reçoit des rapports des services de renseignement américains. Le démocrate a également accès aux informations sur la pandémie de Covid-19 et l’avancement des différents projets de vaccins.

READ  Les otages des djihadistes au Mali, la Française Sophie Pétronin et l'opposante politique Soumaïla Cissé ont été libérés
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les premières nominations de Joe Biden promettent une administration opposée à celle de Donald Trump

Sans tarder, Joe Biden, 78 ans, a également commencé à préparer son arrivée à la Maison Blanche, annonçant les premières nominations de sa future administration. Plusieurs personnalités ayant servi sous Barack Obama en feront partie, comme Antony Blinken, futur chef de la diplomatie. L’ancien secrétaire d’État John Kerry, 76 ans, reviendra également à Washington en tant qu’envoyé spécial du président pour le climat, signe de l’importance que Joe Biden attache à cette question. Le président élu doit annoncer la semaine prochaine qui fera partie de son équipe économique. Janet Yellen, ancienne présidente de la Réserve fédérale, la banque centrale des États-Unis, devrait être nommée secrétaire au Trésor.

Notre sélection d’articles sur l’élection présidentielle aux États-Unis

Retrouvez les chroniques de campagne de notre correspondant à Washington ici.

A propos du choix:

Et aussi :

Le Monde avec l’AFP et Reuters