Le dépistage urinaire de la cystite est désormais autorisé en pharmacie sans ordonnance, depuis le 30 novembre. Cette mesure permet aux pharmaciens d’officine d’intervenir avant le médecin traitant pour prévenir les complications de cette infection urinaire. Le dépistage est ouvert aux femmes âgées de 18 à 65 ans présentant des symptômes classiques de la cystite.

Les tests urinaires sont réalisés sur place par la patiente et analysés par le pharmacien. En cas de résultat positif, le pharmacien orientera la patiente vers un médecin pour une prise en charge appropriée. Toutefois, les pharmaciens doivent suivre une formation spécifique pour pouvoir effectuer ces tests.

Dans la pharmacie Lafayette de Narbonne, certains pharmaciens ont déjà suivi cette formation. L’objectif principal de cette mesure est de sensibiliser les patientes à cette possibilité de dépistage précoce et d’améliorer ainsi la communication autour de la cystite.

Cependant, dans les grandes métropoles, la mise en place de cette mesure peut être plus complexe en raison du manque de formations disponibles pour les pharmaciens. De plus, certains problèmes d’aménagement, tels que l’absence de toilettes adaptées, peuvent également rendre difficile la mise en place du dépistage.

Certains professionnels de santé estiment d’ailleurs que la formation actuelle est incomplète. Ils souhaitent pouvoir prescrire des antibiotiques en cas de test positif, afin de garantir une prise en charge complète des patientes atteintes de cystite. L’Ordre national des pharmaciens prévoit d’ailleurs de compléter la formation afin que tous les pharmaciens puissent délivrer directement les antibiotiques nécessaires en cas de test positif.

Cette mesure pourrait aider à atténuer le problème des déserts médicaux à long terme, particulièrement en zones rurales où l’accès aux soins peut être limité. En permettant un dépistage précoce et une prise en charge rapide des patientes, les pharmacies pourraient jouer un rôle essentiel dans la lutte contre la cystite.