Les chercheurs du laboratoire IPBS à Toulouse ont récemment réalisé une avancée majeure dans la lutte contre les allergies respiratoires, notamment l’asthme sévère. Leur découverte révolutionnaire réside dans l’identification d’une molécule présente dès le début de l’inflammation dans les poumons, ouvrant ainsi la voie à de nouveaux traitements.

Cette avancée est d’une importance capitale pour les millions de patients en France, parmi lesquels 4 millions souffrent d’asthme. L’IPBS, spécialisé dans la recherche sur le cancer, les infections et les maladies inflammatoires, avait déjà découvert en 2003 la protéine IL-33, capable de déclencher des crises d’asthme.

Les chercheurs ont maintenant identifié une troisième molécule, TL1A, agissant en synergie avec IL-33 pour amplifier la réaction inflammatoire dans les poumons. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives pour les patients souffrant d’asthme sévère et de BPCO, deux maladies respiratoires graves.

Les traitements futurs pourraient se baser sur des anticorps monoclonaux ciblant ces molécules spécifiques, offrant ainsi une prise en charge améliorée pour les patients. Cette avancée promet d’améliorer significativement la qualité de vie des personnes touchées par ces maladies respiratoires courantes.

READ  Un cas de tuberculose détecté dans une école maternelle en Gironde