La journaliste d’investigation Ariane Lavrilleux est actuellement en garde à vue pour une enquête sur la compromission du secret de la défense nationale et la révélation d’informations pouvant identifier un agent protégé. Son domicile a été perquisitionné pendant dix heures par la DGSI et elle a été conduite au commissariat de police de Marseille. Ariane Lavrilleux avait signé des articles pour “Disclose” et un sujet pour “Complément d’enquête” traitant des compromissions de la France en Égypte. Les enquêteurs reprochent à Ariane Lavrilleux d’avoir signé cinq articles sur les ventes d’armes françaises à l’étranger, notamment une enquête concernant l’opération Sirli en Égypte, où des civils égyptiens auraient été tués par l’armée égyptienne avec la complicité de la France. Selon “Disclose”, des documents confidentiels obtenus révèlent les dérives de cette opération secrète, mettant en lumière les relations de la France avec des dictatures et l’utilisation d’armes françaises contre des populations civiles. Le média “Disclose” affirme que ces informations sont d’intérêt général et plaide pour la protection des sources. Cette affaire soulève des questions sur la liberté de la presse et le droit du public à être informé. Affaire à suivre.

READ  Départs en vacances : Bison Futé prévoit un weekend chargé sur les routes