Un traitement préventif de la bronchiolite pour les nouveau-nés, nommé Beyfortus, sera disponible à partir de mi-septembre dans les établissements de santé et sur commande en pharmacie. Ce traitement, un anticorps monoclonal appelé nirsevimab, est une option pour lutter contre le virus respiratoire syncytial, qui est le principal responsable de la bronchiolite chez les nourrissons lors de leur première saison d’exposition au virus.

Le nirsevimab pourra être prescrit à tous les nourrissons nés à partir du 6 février 2023 en métropole, et les spécificités pour les Outremers sont en cours d’instruction. L’injection unique de ce traitement pourra se faire dans certains cas dès la naissance, et il est recommandé d’immuniser les nourrissons nés à partir du 15 septembre avant leur sortie de maternité. Le nirsevimab pourra être administré en ville, dans des cabinets de médecine générale, de pédiatrie, des centres de santé, etc.

Pour obtenir ce traitement, il sera nécessaire d’avoir une prescription du médecin suivant l’enfant, et les parents pourront le commander en pharmacie sans facturation aux familles. Chaque hiver, près de 30% des nourrissons de moins de deux ans sont touchés par la bronchiolite en France, soit environ 480 000 cas par an, et 2 à 3% des nourrissons de moins d’un an sont hospitalisés pour une bronchiolite sévère.

L’épidémie de bronchiolite de l’hiver dernier en France a été particulièrement élevée, avec plus de 26 000 hospitalisations après passage aux urgences chez les enfants de moins de deux ans. Le déploiement de ce traitement préventif contre la bronchiolite, en plus d’une campagne d’information pour les parents, constitue l’un des grands enjeux de la rentrée selon le ministre de la Santé Aurélien Rousseau.

READ  Le cancer : en 2050, les nouveaux cas auront augmenté de 77% par rapport à 2022, alerte lOMS - Cosmo Sonic

Cependant, la Haute Autorité de Santé souligne que le traitement Beyfortus n’est pas une solution complète car il n’y a pas encore suffisamment de données pour étayer son impact sur la durée d’hospitalisation, le transfert en soins intensifs ou en réanimation, ou la mortalité. Malgré cela, cette nouveauté offre de nouvelles perspectives dans la prévention de la bronchiolite chez les nourrissons et constitue une avancée dans le domaine de la santé infantile en France. Trouver des moyens de réduire les hospitalisations et les complications liées à la bronchiolite est un enjeu majeur pour les autorités de santé et les familles.

Le traitement Beyfortus représente donc un espoir dans la lutte contre cette maladie virale et pourrait contribuer à réduire le nombre de cas graves et d’hospitalisations. Les professionnels de santé seront mobilisés pour informer les parents sur l’importance de cette vaccination préventive. Il reste à espérer que cette nouvelle option thérapeutique permettra de mieux protéger les nourrissons contre la bronchiolite et de prévenir les complications liées à cette maladie respiratoire. La disponibilité de ce traitement à partir de mi-septembre marque une nouvelle étape dans la prise en charge de la bronchiolite en France.