Il s’agit de la toute première photo d’un sengi somalien vivant pour la documentation scientifique.

Steven Heritage / Duke University Lemur Center

La communauté scientifique savait que les musaraignes à éléphant sengi somaliennes parcouraient autrefois certaines régions d’Afrique. Il y avait des exemples – certains rassemblés il y a des centaines d’années – dans les collections des musées. C’est juste qu’aucun scientifique n’en avait enregistré un dans la nature depuis la fin des années 1960.

Bonne nouvelle pour les musaraignes à éléphant: le sengi somalien est bien vivant à Djibouti, et il y a de nombreuses preuves.

Groupe de conservation Global Wildlife Conservation (GWC) a annoncé la redécouverte du sengi somalien «monogame romantique» mardi. La musaraigne éléphant était sur la Liste des 25 espèces perdues les plus recherchées.

GWC a publié la première documentation scientifique d’un sengi somalien vivant sous la forme d’une photo montrant l’animal ressemblant à une souris debout sur des rochers. Le mangeur d’insectes a un nez en forme de tronc et est plus étroitement lié aux éléphants qu’aux musaraignes réelles.

Ce sengi somalien est de retour dans les livres scientifiques.

Houssein Rayaleh / Association Djibouti Nature

L’équipe de recherche a attrapé un sengi somalien insaisissable dans un piège appâté avec du beurre d’arachide, de l’avoine et de la levure.

“C’était incroyable,” Steven Heritage, chercheur au Duke University Lemur Center dit dans un communiqué. “Quand nous avons ouvert le premier piège et vu la petite touffe de poils sur le bout de sa queue, nous nous sommes juste regardés et nous ne pouvions pas le croire”,

Association Djibouti Nature l’écologiste de recherche Houssein Rayaleh savait que le sengi somalien était toujours là. “Pour nous vivant à Djibouti, et par extension dans la Corne de l’Afrique, nous n’avons jamais considéré les sengis comme” perdus “” a-t-il déclaré dans une séance de questions-réponses avec GWC. “Mais cette nouvelle recherche ramène les sengi somaliens dans la communauté scientifique, ce que nous apprécions.”

Rayaleh est co-auteur d’un article sur les sengis publié dans la revue PeerJ mardi. Heritage est l’auteur principal.

Les sengis somaliens semblaient être en sécurité dans leur habitat, une gamme qui s’étend de la Somalie à Djibouti. L’équipe de recherche a recommandé que les petits mammifères obtiennent le statut de «moindre préoccupation» sur le Liste rouge de l’UICN des espèces menacées.

«Pour Djibouti», dit Rayaleh, “c’est une histoire importante qui met en évidence la grande biodiversité du pays et de la région et montre qu’il y a des opportunités pour de nouvelles sciences et recherches ici.”

READ  Coronavirus dans l'Oregon: les responsables de l'État signalent 212 cas et 5 décès jeudi