Le corps de Victorine Dartois a été retrouvé lundi près d’un étang à Villefontaine (Isère), non loin du chemin que l’adolescent a dû emprunter pour rentrer chez lui. Le jeune de 18 ans avait disparu samedi soir vers 19 heures. Pour ses proches, la douleur est incommensurable.

« [Victorine], c’était de la joie et de la bonne humeur. C’était un délice. Elle était une petite beauté. C’était une femme aimée. Notre cœur a cessé de battre. Je pense à ses frères et sœurs … nous sommes dévastés»témoigne Karl Dartois, l’oncle de la victime, quelques heures après l’annonce de la découverte macabre, toujours sous le choc.

« Humainement c’est insupportable« se lamente un ami de la famille. »Nous essaierons de les accompagner au mieux en étant à leurs côtés»Ajoute-t-il. Le corps de la jeune femme a été retrouvé dans une zone boisée, difficile d’accès, non loin d’un stade où elle aurait passé son dernier coup de fil à 19 heures samedi. La victime avait donné l’alerte à 21 heures. : 30 heures et, bien que Victorine soit majeure, son absence a été immédiatement prise au sérieux.

Face à la tournure de l’affaire, le procureur de Vienne a cédé compétence en faveur du centre pénal de Grenoble. « Évidemment, mes pensées aujourd’hui vont principalement à la famille, aux parents, au frère et aux sœurs de Victorine que j’ai accueillis avant de m’y rendre. […] Nous continuerons les enquêtes (…) pour comprendre ce qui s’est passé»a déclaré lundi le magistrat.

READ  Le Mali "n'exclut rien" dans des relations tendues avec la France | Nouvelles politiques