L’espace entre les deux – Rouleur

« Ma » est un mot japonais qui ne se traduit pas facilement en anglais, mais qui signifie à peu près « espace » ou « intervalle ». Ce n’est rien, mais vous devez le considérer comme une chose physique tangible, c’est tout ce que ce n’est pas quelque chose.

Le réalisateur japonais Hayao Miyazaki a un jour parlé à Roger Ebert de son concept d’espace après que le critique de cinéma ait loué le rythme de ses films. Miyazaki n’avait pas besoin d’action continue : il laissait ses personnages respirer et ne rien faire, car c’est le reflet le plus précis de la façon dont la vie fonctionne.

“Nous avons un mot pour cela en japonais”, a-t-il déclaré. « Ça s’appelle ‘ma’. Vide. Il est là exprès.” Miyazaki a illustré ma en applaudissant quatre fois et en disant à Ebert: “Le temps entre mes applaudissements est ma.”

Les photographes appellent cela l’espace négatif : les photographies sont constituées des contours des choses, mais l’espace qui les entoure a aussi sa propre forme physique, même s’il n’est constitué de rien. Les musiciens et les compositeurs ne considèrent pas les espaces entre les notes comme quoi que ce soit : l’espace est une partie égale de la musique comme les notes.

C’est quelque chose que les fans du Tour de France pourraient apprécier, après une journée tranquille entre Mont-de-Marsan et Bordeaux pour la septième étape de la course 2023 qui s’est terminée par une victoire au sprint pour Jasper Philipsen. Nous ne pouvons apprécier le récit complet d’un Grand Tour qu’une fois qu’il est terminé, mais cette accalmie dans l’action est survenue après deux jours mouvementés dans les Pyrénées et a donné à la course une chance de souffler. Comme Miyazaki a poursuivi en disant à Ebert: «Si vous avez juste une action non-stop sans aucun répit, c’est juste de l’agitation. Mais si vous prenez un moment, alors la tension qui s’accumule dans le film peut monter.” La septième étape était une histoire de tension croissante vers la fin, mais aussi une accalmie dans l’action du GC qui donnera plus de sens à ce qui s’est passé et à ce qui est à venir.

READ  Près de 59 millions d'hectares de forêt ont repoussé depuis 2000

Le Tour est une question d’espace. Nous avons besoin d’espace entre l’action, comme Hayao Miyazaki et le concepteur du parcours du Tour Thierry Gouvenou le savent bien. Le Tour unit des villes et des agglomérations urbaines, mais une grande partie se déroule dans les grands espaces qui les séparent, et Tadej Pogačar vous dira que l’écart de 25 secondes qui le sépare de Jonas Vingaard est tout sauf vide.

Aussi: le sprint est une question d’espace.

Le sprint en groupe est un cocktail puissant et capiteux d’éléments qui se chevauchent. Vitesse, force, timing, confiance, travail d’équipe, concentration, dynamisme, chance, agilité, habileté, jugement, flexibilité, aérodynamisme, instinct, expérience, compréhension des limites et une intransigeance obstinée : la capacité de ne pas faire ce qui est sensé et de s’asseoir . , relâchez la pression sur les pédales et reconnaissez que c’est stupide – catalysez-vous dans une explosion d’efforts intenses, de mouvements flous et de vitesse élevée – et la personne qui n’a pas nécessairement la plupart de tout ce qui précède, mais les bonnes proportions dans les bons moments, gagnez.

Mais cela a aussi un peu à voir avec l’espace, ce qui est un peu moins évident que la vitesse et la force et toutes ces autres choses. Jasper Philipsen et Mark Cavendish ont eu beaucoup de choses à faire dans le sprint de groupe à la fin de la septième étape du Tour de France 2023, et c’est pourquoi ils se sont classés premier et deuxième. Mads Pedersen n’avait rien de tout cela, il était donc 10e.

READ  Le sculpteur Karl Lagasse ouvre une galerie à Bee Cave, Texas

En fait, le sprint a beaucoup à voir avec l’espace. Je pense que Mark Cavendish y pense beaucoup, car il a dit qu’après avoir remporté le Championnat du monde de course sur route 2011, où il semblait coincé à droite avec une distance dangereusement courte à parcourir, qu’il connaissait ça s’ouvrirait à droite, parce que c’est ce qui se passe dans les sprints où il y a un virage à droite avant la ligne droite. (Je me souviens aussi de lui avoir parlé un mois ou deux après qu’il n’ait pas remporté le Championnat du monde de course sur route 2016, ayant supposé qu’avec le sprint sortant d’un virage à droite avant la ligne droite, il s’ouvrirait vers la droite, et était a) perplexe et b) énervé).

Et on pouvait le voir, remontant le virage à droite doucement incurvé du quai Richelieu et du quai Louis XVIII le long du coude de la Garonne au centre de Bordeaux, flânant sur le côté droit de la route, encaissé, et un un peu plus loin, peut-être la roue 25 avec un kilomètre à parcourir, mais sachant que l’espace s’ouvrirait à droite, comme presque toujours.

Lire la suite: Le temps presse pour la victoire historique de Mark Cavendish, mais l’espoir demeure

L’immortalité sportive pendait de manière alléchante devant Mark Cavendish à Bordeaux, et entre 350m et 100m à parcourir, il semblait qu’une victoire historique sur la 35e étape du Tour était à portée de main. La brèche s’était ouverte à 350m, avec le chemin dégagé devant lui. Il a commencé à vraiment prendre de la vitesse avec 300m à parcourir. Il a pris la tête à 200 m de l’arrivée. A 150m, il était toujours premier. Toutes ces choses qui vont ensemble pour faire un sprint parfait s’étaient parfaitement alignées, sauf une : la chance. Une petite bosse au début de son sprint l’avait suffisamment fait sortir de sa ligne pour que sa roue arrière s’envole momentanément dans les airs et lorsqu’il a de nouveau heurté le sol, légèrement en diagonale par rapport à sa direction de déplacement, la force combinée de celle non de la L’impact direct et le couple qu’il mettait dans ses manivelles ont fait passer sa chaîne à la vitesse supérieure. Il a ralenti au fur et à mesure que ses vitesses progressaient, tout comme Philipsen l’a vraiment fait, et dans ces derniers 100 m (six tours de pédale, cinq secondes), le Belge a remporté sa troisième victoire d’étape de ce Tour et la cinquième de sa carrière, tandis que Cavendish n’a gagné que. sa quatrième deuxième place.

READ  De meilleurs avertissements météorologiques pourraient sauver 23 000 vies : ONU - Guide pour les expatriés en Suisse

L’espace qui s’est ouvert devant Mark Cavendish dans le tronçon bordelais alors qu’il se battait furieusement jusqu’à la ligne n’était pas vide. C’était plein de sens, de possibilité, d’ambition et d’espoir. Et au final, déception.