L’ambulance vient de rentrer, elle doit être nettoyée et désinfectée avant de partir. Pour le moment, c’est surtout la nuit que Sabato, le chauffeur, Carolina, l’infirmière et Franceso le médecin font leur quart de travail de 12 heures. Mais à chaque fois, c’est le même refrain: il n’y a pas assez de place dans cet hôpital italien de Naples, en Campanie. La deuxième vague de contamination par le coronavirus Covid-19 y est passée, et la population, inquiète, se rend à l’hôpital à la moindre apparition de symptômes. «C’est le centre opérationnel qui nous dit dans quel hôpital nous devons aller, Samedi explicite. Et même s’il n’y a pas de lits, ils nous disent de rester aux urgences jusqu’à ce qu’un lit soit disponible. “

Le système de santé s’effondre et chaque fois que nous sommes coincés devant les urgences, cela fait une ambulance médicale de moins pour notre région …

Samedi, ambulancier

vers franceinfo

Par conséquent, les autres patients ne sont pas vus en attendant l’ambulance et cela peut être sans fin. Le trio a passé plus de 24 heures dans l’ambulance avec un patient il y a quelques jours. Ce n’est plus gérable, prévient Carolina, l’infirmière de 24 ans. “Nous avons transformé l’ambulance en chambre d’hôpital lorsque nous avons opéré un patient qui était dans l’ambulance pendant 26 heures avant d’être admis.” se souvient l’infirmière. Nous avons peur pour elle et pour nous-mêmes car nous sommes en contact, pas seulement quelques minutes, mais 26 heures dans un endroit fermé et petit. Et ce patient avait besoin d’une assistance continue! (…) C’est difficile à dire mais il a fallu attendre la mort d’un autre patient pour entrer, c’est vraiment troublant …“, soupir Caroline.

READ  Karine Lacombe, spécialiste des maladies infectieuses, évoque les «progrès» contre Covid-19

Ils ont également peur d’infecter les autres. De plus, Carolina comme Sabato et Francesco sont ultra-protégées grâce à une blouse blanche imperméable. Pas un pouce de peau n’est exposé et ils portent un masque noir comme un masque à gaz, un casque et une visière. Pour Francesco, le médecin, les services de santé sont tellement débordés qu’il est urgent de se reconfigurer. “Par rapport à la première vague, nous sommes dans une autre dimension, c’est incroyable”, il explique.

J’ai l’impression que, malheureusement, nos politiciens ne veulent pas voir la gravité de la situation. Il y a une paralysie totale des services de santé qu’ils ne peuvent plus gérer.

Francesco, médecin

vers franceinfo

“Je blâme ceux qui savent, venez ne rien faire!” Francesco continue. Dans le téléspectateur, le président de la région de Campanie, Vincenzo De Luca, qui a démenti à plusieurs reprises que les hôpitaux étaient débordés. Finalement, c’est l’État qui vient de décider de créer des zones rouges en Campanie.