Le Japon, la France et l’Inde annonceront une nouvelle plate-forme pour les créanciers afin de coordonner la restructuration de la dette du Sri Lanka, a déclaré mercredi le ministre japonais des Finances Shunichi Suzuki, ajoutant qu’il serait “très bien” que la Chine se joigne à l’effort.

En tant que président de la réunion du Groupe des Sept (G7) de cette année, le Japon s’est efforcé de traiter les vulnérabilités à la dette des pays à revenu intermédiaire comme le Sri Lanka comme l’une des priorités de discussion. L’annonce de la nouvelle plate-forme, initiée par le Japon, la France et le président indien du G20, sera faite jeudi, a déclaré Suzuki lors d’une conférence de presse après la réunion des dirigeants financiers du G7.

La plate-forme consistera probablement en une série de réunions de pays créanciers pour discuter de la dette. “Nous avons tous déployé beaucoup d’efforts pour établir le cadre”, a déclaré Suzuki. “J’espère que de nombreux pays participeront. Ce sera très bien si la Chine nous rejoint”, a déclaré Suzuki.

Le Sri Lanka a remporté le mois dernier un programme de 2,9 milliards de dollars du Fonds monétaire international pour faire face à son endettement écrasant et à sa pire crise économique depuis plus de sept décennies, qui a perturbé les importations de produits de base, du carburant aux médicaments, et a provoqué des troubles politiques. (Reportage de Dan Burns Montage par Chris Reese et Christian Schmollinger)

(Cette histoire n’a pas été éditée par l’équipe de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux syndiqué.)