Une terrasse à Nice, le 23 octobre 2020. – SYSPEO / SIPA

La situation à laquelle vous faites face COVID-19[feminine est “difficile, voire critique”, a-t-il estimé ce lundi
Jean-François Delfraissy, Président de
avis scientifique, estimant que le couvre-feu devrait au moins durcir et s’élargir face à une seconde vague épidémique «brutale».

«Nous sommes dans une situation difficile, voire critique. (…) Nous nous attendions à ce qu’il y ait cette deuxième vague, mais nous sommes nous-mêmes surpris par la brutalité de ce qui se passe depuis 10 jours », a déclaré le professeur Delfraissy sur RTL. “La deuxième vague sera probablement plus forte que la première”, craint-il, notant que “nombre de nos concitoyens n’ont pas encore réalisé ce qui nous attend”.

Deux fois plus de cas que prévu

Il a estimé que le nombre réel de cas devrait être “d’environ 100 000 par jour”, tandis que les cas confirmés ont atteint des niveaux records ces derniers jours, dépassant la barre des 50 000 en 24 heures dimanche pour la première fois depuis le début des tests. massif.

Selon lui, il y a “deux hypothèses” pour tenter d’arrêter cette seconde vague. Le premier est “aller à un couvre feu plus massifs, à la fois dans leurs horaires, dans leur portée au niveau national, et qui peuvent également être configurés le week-end ». Après “10 à 15 jours (…) nous pourrions regarder la courbe des nouvelles contaminations (…) et si nous n’allons pas dans la bonne direction, aller vers l’endiguement”.

Confinement révisé

La deuxième hypothèse est “aller directement vers le confinement, moins rude que celle de mars, qui permet à la fois de travailler, ce qui augmenterait évidemment en termes de télétravail, ce qui permettrait probablement de maintenir une activité scolaire et permettrait également de maintenir un certain nombre d’activités économiques, qui pourraient être plus courtes et ce qui serait suivi de conditions très spécifiques de mauvaise configuration, car nous ferions une erreur en passant par un couvre-feu ».

«Plus vite nous prendrons des mesures, plus (elles) auront une certaine forme d’efficacité», a-t-il insisté, tout en soulignant que le Conseil scientifique, chargé de clarifier les élections de l’exécutif, «ne recommande rien, nous mettons les deux grands sur la table. stratégies qui sont possibles. »Ce sont« des décisions éminemment politiques », a-t-il dit.

“Cette vague a lieu envahir l’Europe (…) Cela durera plusieurs semaines, voire un ou deux mois », a-t-il poursuivi, tout en refusant de commenter la situation lors des fêtes de fin d’année:« Nous nous reverrons pour les vacances de Noël. .



518

Partager

READ  Bannières hostiles aux joueurs