La Suisse regrette l’adoption illégale d’enfants sri-lankais



Le gouvernement suisse a reconnu lundi que les autorités du pays n’étaient pas en mesure d’empêcher l’adoption illégale d’enfants du Sri Lanka jusqu’aux années 1990.

Dans un communiqué, le gouvernement a exprimé ses regrets pour la poursuite de ces adoptions “malgré des indications claires, dans certains cas, de violations graves”.

Ce problème s’est posé il y a plusieurs années après que de nombreux adultes adoptés alors qu’ils étaient enfants dans les années 80 et 90 soient retournés au Sri Lanka pour rechercher leurs parents biologiques, pour constater que les informations contenues dans leurs documents étaient incorrectes.

Le gouvernement suisse a déclaré que “malgré les premières et claires indications d’adoption illégale au Sri Lanka, la Confédération (Suisse) et les cantons ont attendu longtemps avant de prendre des mesures adéquates contre les viols”.

Il a déclaré: “La négligence des autorités a affecté la vie des adultes adoptés comme adultes à ce jour.” “Le Conseil fédéral regrette que la Fédération et les cantons n’aient pas assumé leurs responsabilités envers les enfants.”

Le gouvernement a déclaré qu’il fournirait davantage de soutien aux adoptants qui enquêtent sur leurs actifs et prévoit de lancer une analyse historique complète des possibles adoptions illégales en Suisse.

La Suisse a récemment reconnu la souffrance des enfants suisses séparés des familles pauvres et des mères célibataires et contraints de travailler dans des fermes jusqu’à la fin des années 1970.

READ  L'Irlande obtient le feu vert pour affronter la France dans les Six Nations