La course au vaccin Covid-19 se poursuit. Aux États-Unis, deux tests, menés par les laboratoires AstraZeneca et Johnson & Johnson, ont repris le vendredi 23 octobre ou pourraient être repris. Ces essais cliniques ont été arrêtés après les maladies inexpliquées de deux participants.

L’essai du vaccin expérimental développé par la British University of Oxford et le groupe AstraZeneca a déjà été repris aux Etats-Unis. Il a été suspendu dans le monde entier le 6 septembre. Si les autorités du Royaume-Uni, d’Afrique du Sud, du Brésil et du Japon avaient très rapidement autorisé leurs poursuites, ce n’était pas le cas des autorités américaines. Agence américaine des médicaments “a examiné l’ensemble de données de sécurité des essais mondiaux et a conclu que les essais peuvent être repris en toute sécurité”, a annoncé la société vendredi.

Des centaines de millions de doses du vaccin expérimental d’AstraZeneca ont déjà été vendues auparavant sur plusieurs continents. Les résultats de l’essai sont attendus d’ici la fin de l’année, selon le groupe.

De son côté, la société américaine Johnson & Johnson a annoncé vendredi qu’un comité indépendant avait recommandé la reprise aux États-Unis de l’essai de phase 3 qu’elle avait lancé fin septembre, interrompu par la maladie d’un participant. Il dit être en pourparlers avec les autorités de régulation pour le relancer dans d’autres pays du monde. “Après une évaluation approfondie d’un événement médical grave chez un participant, aucune cause précise n’a été identifiée”dit le groupe. “La société n’a trouvé aucune preuve que le candidat vaccin a causé l’événement.”

Au total, dix vaccins européens, américains, chinois et russes sont testés dans le monde entier dans des essais à grande échelle, impliquant des dizaines de milliers de participants à chaque fois, et visent à vérifier l’efficacité et l’absence d’effets secondaires. sérieux. Les deux vaccins candidats en tête de la course sont Pfizer et Moderna: les entreprises américaines prévoient de faire une demande d’autorisation dans la seconde quinzaine de novembre.

READ  Israël regrette le retrait de l'ambassadeur arménien