Donald Trump après une conférence de presse à la Maison Blanche sur Covid-19, le 13 novembre 2020. – E.VUCCI / AP / SIPA

Cela ne fonctionne pas pour le président américain. La campagne de Donald Trump a subi trois autres revers juridiques vendredi des appels déposés pour contester les résultats du scrutin du 3 novembre. De plus en plus isolé, le président américain a encouragé ses partisans à se mobiliser à travers le pays ce week-end pour contester La victoire de Joe Biden.

Dans le Michigan, vendredi, un juge a refusé de bloquer la certification des résultats, notant que les observateurs contestant la compilation des votes « n’avaient pas assisté à une réunion le 29 octobre » où le processus était expliqué.

En Arizona, les avocats de Donald Trump ont été contraints de retirer leur appel, qui n’avait aucune chance d’aboutir dans le comté de Maricopa (Phoenix). La veille, de nombreux témoins avaient admis qu’ils n’étaient « pas sûrs » que leurs votes n’avaient pas été comptés.

Enfin, en Pennsylvanie, un tribunal a statué que l’acceptation de bulletins postaux tardifs n’était pas inconstitutionnelle. Cependant, la Cour suprême des États-Unis n’a pas encore statué sur ce point. Mais même si ces bulletins étaient rejetés, l’avance de Joe Biden, qui dépasse les 40000 voix, devrait suffire.

Donald Trump persiste

Jeudi et vendredi, le président américain a accusé le logiciel Dominion Voting Systems, qui équipe des machines à voter dans 28 États, d’avoir «effacé 2,7 millions de votes pro-Trump dans le pays». Mais il a été immédiatement annulé par la Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA). Selon ce dernier, l’élection a été « la plus sûre » jamais organisée, sans « signe » de piratage ou de changement accidentel de voix.

Cependant, la semaine prochaine pourrait marquer un tournant dans leur stratégie de contestation, lorsque la Géorgie aura achevé son recomptage, pour une certification de ses résultats attendue le 20 novembre.



254

Partager

READ  La justice appelée à se prononcer sur la révocation du président régional catalan