Il y a aussi une surface vitrée assez grande, ce qui rend l’intérieur aéré. Le plus notable est le pare-brise, qui avance si loin qu’il s’agit plus d’un monospace que d’un SUV. La quantité de territoire qui traverse cette traversée est peut-être insurmontable.

La finition est solide, les matériaux sont solides même s’ils ne sont pas mous, et il y a un simple tableau de bord numérique et peut-être évidemment un écran tactile central provenant du groupe. Au moins, la température est affichée en permanence et est suffisamment grande pour un simple glissement de doigt. Le tableau de bord est conçu pour vous permettre de poser votre main dessus tout en appuyant distraitement sur les quatre boutons nécessaires pour désactiver l’aide au maintien de la voie.

Sur le 80, il y a l’option de palettes sur le volant, qui augmentent ou diminuent la quantité de frein moteur. Cela est refusé à 60 acheteurs, ce qui est dommage si vous aimez conduire car cela vous donne quelque chose à faire. En l’état, il y a l’option automatique, qui pense au carrefour à venir et prédit surtout bien les niveaux de ralentissement, ou deux alternatives de régénération standard : assez côtière et pas si côtière.

Dans tous les cas, il n’y a pas de conduite à pédale unique. Il rampera à moins que vous ne freiniez pour vous arrêter. Ne te déranges pas. La transmission est douce et répond linéairement dans les deux sens, d’une manière qui convient un peu à une Skoda. Il en va de même pour la direction, qui est précise et pondérée de manière modérée et cohérente.

READ  Cyberpunk 2077 obtient sa première remise huit jours après son lancement

De toute évidence, avec la voiture à propulsion arrière, il n’y a pas de couple de direction tirant la roue lorsque la puissance chute, mais c’est probablement le seul indice sur lequel les roues sont entraînées. L’Enyaq tourne plutôt bien, car bien qu’il soit lourd, le poids est centré bas, mais c’est un compagnon agréable plutôt qu’excitant.

Il monte aussi décemment; le 60 meilleur que le 80 je pense, avec un peu plus de conformité (bien que le 80 que j’ai testé utilisait des roues de 21 pouces dans les années 60, toutes deux en option) et certainement un meilleur contrôle de la carrosserie. Le 60 a besoin d’un coup de poing pour s’installer après une crête ou un creux. Les années 80 veulent un hit et demi. Les années 60 sont la voiture la plus agréable à conduire, même si elle n’ira pas aussi loin.