Un juge new-yorkais a conclu que l’ancien président des États-Unis, Donald Trump, ainsi que ses deux enfants, Donald Jr et Eric Trump, sont responsables de fraudes financières répétées en surestimant les actifs de la Trump Organization. Cette décision représente un revers majeur pour Donald Trump, qui ambitionne de reconquérir la Maison Blanche.

La procureure générale de l’État de New York, Letitia James, réclame 250 millions de dollars d’amendes ainsi que des interdictions de diriger des sociétés pour Trump et ses proches. Ces accusations font suite à une enquête approfondie sur les pratiques financières de la Trump Organization.

Le juge a rendu sa décision sur les questions de fraude et de fausse déclaration, mais les sanctions restent encore à être prononcées. Dans un message publié sur ses réseaux sociaux, Donald Trump affirme qu’il n’a rien à se reprocher et se dit confiant quant à l’issue de ce procès.

Il est important de noter que ce procès civil est seulement le premier d’une longue liste pour l’ancien président, qui doit également comparaître devant la justice fédérale et celle de l’État de Géorgie dans d’autres affaires en cours.

La procureure générale Letitia James accuse Donald Trump d’avoir sciemment surestimé la valeur des actifs de la Trump Organization afin d’obtenir des prêts plus favorables. Selon le juge, les prévenus ont surévalué les actifs de la société entre 17,27 % et 38,51 % entre 2014 et 2021.

En conséquence de cette décision, le juge ordonne également la dissolution partielle de la Trump Organization dans l’État de New York, une mesure qui aura des répercussions importantes sur la gestion et les activités de l’entreprise.

READ  VIDEO. Guerre entre Israël et le Hamas : reportage dans les ruines de la bande de Gaza, où une équipe a suivi les soldats israéliens - Cosmo Sonic

Cette affaire, qui met en lumière les pratiques financières de haut niveau de l’ancien président, souligne l’importance de la justice et de la transparence dans le monde des affaires. Les conséquences de ce verdict seront également scrutées de près par ceux qui surveillent les ambitions politiques de Donald Trump, qui persiste malgré les obstacles sur sa route vers la Maison Blanche.