PARIS, 20 janvier (Reuters) – Des manifestants du mouvement écologiste Extinction Rebellion manifestent devant un BNP Paribas (BNPP.PA) bâtiment à Paris vendredi pour s’opposer au prêt de la banque française à un important pétrolier menant un projet d’oléoduc en Afrique de l’Est.

Quelque 40 participants ont aspergé d’extincteurs la façade d’un bureau de la BNP dans le quartier central de l’Opéra et ont bloqué une rue voisine avec un oléoduc factice indiquant « STOP EACOP ». Quatorze manifestants ont été arrêtés par la police, a indiqué le groupe.

EACOP est l’acronyme de l’East African Crude Oil Pipeline de 3,5 milliards de dollars, un projet mené par la société française TotalEnergies. (TTEF.PA) dont le permis de construire a été approuvé jeudi par les autorités ougandaises.

Extinction Rebellion a déclaré que leur protestation, rejointe par d’autres groupes de campagne, dont Fridays for Future, devait coïncider avec le début du forage par TotalEnergies de puits de pétrole exploratoires dans le parc national de Murchison Falls en Ouganda.

Extinction Rebellion a déclaré que le parc national était la « plus grande réserve de biodiversité » en Ouganda.

L’EACOP s’étendra sur 1 443 kilomètres (897 miles) de l’Ouganda à la Tanzanie, avec des plans pour expédier jusqu’à 246 000 barils de pétrole brut par jour vers les marchés internationaux via le port de Tanga à partir de 2025.

Un porte-parole de TotalEnergies a déclaré que si un tiers du projet était situé à Murchison Falls, les activités de développement pétrolier ne couvriraient qu’un kilomètre carré, soit environ 0,03% de la superficie du parc national.

READ  La France accorde son aide aux entreprises à la fin du chèque en blanc COVID-19

« TotalEnergies est pleinement consciente de la sensibilité de la zone dans laquelle elle opère et s’engage à prendre les mesures nécessaires pour éviter, réduire et compenser ses impacts sur celle-ci », a déclaré le porte-parole.

BNP Paribas a décidé de ne pas financer le projet EACOP en 2021, mais l’année dernière, il a participé à un prêt de liquidité d’un an de 8 milliards de dollars à TotalEnergies en tant que l’une des douze banques.

Un manifestant, évoquant le prêt, a déclaré que « ce chèque en blanc permet à TotalEnergies de financer absolument tout ce qu’il veut, donc oui, BNP Paribas ne cautionne peut-être pas directement le projet, mais c’est quand même le deuxième partenaire financier ».

Dans un communiqué publié vendredi, la banque a déclaré qu’elle « soutient les entreprises énergétiques qui sont fortement engagées dans la transition de leurs modèles… pour rediriger les financements vers des sources d’énergie à faible émission de carbone ». La banque a pour objectif de financer 30 milliards d’euros (32,5 milliards de dollars) dans des projets d’énergie renouvelable d’ici 2025.

(1 $ = 0,9234 euros)

Reportage de Sarah Meyssonnier et America Hernandez Montage par Silvia Aloisi et Mark Potter

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.