Alors quoi la tension est extrême entre la France et la Turquie, PSG va jouer à Istanbul contre club assumé et financé depuis 2014 par des proches du président Recep Tayyip Erdogan. Par conséquent, le timing est particulièrement mauvais. La séance quasiment à huis clos devrait permettre de sécuriser l’équipe parisienne. Göksel Gümüşdağ, président d’Istanbul Başakşehir, Très jeune club depuis le début de sa septième saison, il s’est exprimé à la veille du match européen contre le PSG à travers leagence anatolie. Il voulait dire que le PSG était un club ami pour désamorcer les tensions autour du match. «Quand on regarde le match de Leipzig, il y a eu des erreurs individuelles, mais l’équipe n’a pas été écrasée. Il s’est battu de la meilleure façon possible. Nous sommes dans notre septième année, Oui nous sommes toujours européens. Chaque année, nous progressons. Nous sommes considérés comme le club facile du groupe. Mais c’est du football, on n’a pas très honte du tirage au sort. Tout est une expérience. Başakşehir est un club de 6 ans, et Dieu merci, nous vivons ce rêve aujourd’hui en Ligue des champions. Nous allons donc y aller et faire ce que nous pouvons, accueillir le PSG de la meilleure façon possible. Le Paris Saint-Germain est notre ami, en particulier le président du club, Nasser. En conséquence, nous serons très heureux de jouer dans un si grand club mondial. “