Publié le: Modifié:

Beyrouth (AFP)

Le nouveau Premier ministre libanais désigné, Najib Mikati, devait entamer mardi des consultations avec les principaux partis politiques en vue de former un gouvernement tant attendu.

Le politicien milliardaire, deux fois Premier ministre, a été nommé lundi, quelques jours après que Saad Hariri a jeté l’éponge.

Le gouvernement d’Hassan Diab a démissionné après une explosion meurtrière dans le port de Beyrouth en août dernier et les efforts pour se mettre d’accord sur un nouvel alignement ont été infructueux.

Le vide institutionnel freine un potentiel plan de sauvetage financier pour le Liban, qui a fait défaut sur sa dette l’année dernière et a depuis plongé dans ce que la Banque mondiale a décrit comme l’une des pires crises mondiales depuis le milieu du XIXe siècle. .

La nomination de Mikati, 65 ans, l’homme le plus riche du Liban et pour beaucoup un symbole de son oligarchie corrompue, a suscité un scepticisme généralisé.

Originaire de Tripoli, deuxième ville du Liban et l’une des plus pauvres, il a été inculpé par un procureur de la République en 2019 d’enrichissement illicite, accusation qu’il nie.

– Scepticisme –

« Comment puis-je faire confiance à un voleur qui m’a volé, moi et mes enfants et leur avenir ? » a demandé Mohammed Deeb, un habitant de Beyrouth de 57 ans, après la nomination de Mikati.

“Tant que cette classe (politique) restera au pouvoir, rien ne changera”.

Lundi soir, des dizaines de manifestants se sont rassemblés devant le domicile de Mikati à Beyrouth, l’accusant de corruption et de copinage.

READ  4 conseils de transport pour se déplacer en Suisse

L’ancien dirigeant colonial du Liban, de la France et d’autres gouvernements occidentaux n’a pas salué la nomination de Mikati et l’a simplement exhorté à présenter rapidement une formation compétente.

Mais les politiciens contestés du Liban voient Mikati comme un candidat consensuel, qui pourrait être en mesure de dénouer une impasse politique qui a entravé les efforts pour former un gouvernement.

Mikati, le troisième homme politique en un an à tenter le poste, a promis que son gouvernement travaillerait à la mise en œuvre d’une feuille de route française qui conditionne une énorme aide à la réforme et à la transparence.

Les réunions de mardi avec les blocs parlementaires sont l’étape officielle habituelle après la nomination d’un nouveau Premier ministre, mais les négociations à enjeux élevés n’ont pas encore commencé.

S’il réussit là où Hariri a échoué pendant 10 mois et forme un gouvernement, Mikati devrait conduire le pays aux élections législatives prévues pour l’année prochaine.

Dans une interview avec le journal An-Nahar, Mikati a promis que sa composition serait “purement technique” et a été chargée de combler l’écart dans les élections.

– Crise électrique –

Dans certaines de ses premières remarques après sa nomination, Mikati a abordé les pénuries qui ont plongé le pays dans l’obscurité et paralysé davantage son économie en ruines.

#Photo 1

Le Liban ne peut plus fournir de l’électricité à ses citoyens plus de quelques heures par jour, ni se permettre d’acheter le carburant nécessaire aux générateurs.

Jusqu’à présent, presque aucune des demandes de la communauté internationale pour un programme de réforme global n’a été satisfaite.

READ  Le vaisseau spatial américain Osiris-Rex est entré en collision avec l'astéroïde Bennu

Pour arrêter davantage la recapitalisation de l’État en faillite, le gouvernement n’a pas réussi à engager le Fonds monétaire international et à discuter d’un plan de sauvetage à part entière.

D’ici là, l’institution monétaire doit envoyer environ 900 millions de dollars dans le cadre de son programme de financement d’aides en droits de tirage spéciaux (DTS) pour aider le Liban à se relever.

Cependant, les experts ont averti que le montant ne serait pas suffisant et risquaient d’être détourné par une classe dirigeante qui n’offre pas plus de garanties de transparence qu’auparavant.

Selon le journal Al-Akhbar, Mikati veut utiliser l’argent du FMI pour construire de nouvelles centrales visant à stabiliser l’approvisionnement énergétique du Liban.