Publié le: Modifié:

Apia (Samoa) (AFP)

Fiame Naomi Mata’afa est entrée au Parlement en tant que première femme Premier ministre des Samoa mardi, mettant fin à une impasse amère qui a laissé l’île du Pacifique sans gouvernement effectif pendant 109 jours après sa victoire électorale.

Après plusieurs contestations judiciaires infructueuses, la dirigeante sortante Tuilaepa Sa’ilele Malielegaoi a finalement admis sa défaite lundi, permettant à Mata’afa et à son nouveau cabinet d’emménager dans leurs bureaux parlementaires.

“Je suis heureux et reconnaissant”, a déclaré Mata’afa, citant un budget provisoire comme sa priorité immédiate pour maintenir le gouvernement en marche et donner à son cabinet le temps d’examiner la situation financière et économique du Samoa.

Mais il a déclaré à Radio New Zealand que les préparatifs n’avaient pas été faciles.

“Nous avions approché des ministères clés (…) en termes de préparation de rapports pour un nouveau gouvernement. Ils n’ont pas beaucoup répondu”, a-t-il déclaré.

“Je suppose que maintenant que la question de la validité de notre gouvernement a été résolue, ils rejoindront.”

Un problème clé sera la future relation des Samoa avec la Chine, Mata’afa s’opposant à un projet portuaire majeur financé par Pékin et approuvé par son prédécesseur.

Malielegaoi, 76 ans, qui a gouverné presque sans opposition pendant plus de deux décennies avec son parti pour la protection des droits de l’homme au pouvoir pendant près de 40 ans, a vigoureusement rejeté sa défaite aux élections du 9 avril.

Dans des scènes bizarres, Mata’afa a prêté serment en tant que nouveau chef sous une tente en mai après la fermeture des portes du parlement.

READ  Wall Street ferme plus bas, le coronavirus reste préoccupé

La crise constitutionnelle a pris fin il y a quatre jours lorsque la Cour d’appel, la plus haute instance judiciaire du Samoa, a statué que les actions de Malielegaoi étaient illégales.

Mata’afa estimait que l’impasse de trois mois avait nui à la réputation du Samoa en tant que démocratie.

“Certaines des actions illégales prises par le dernier gouvernement, que les tribunaux ont déclarées illégales, sont une démonstration que le gouvernement s’éloigne de l’état de droit”, a-t-il déclaré.

“Je pense donc que l’opinion générale selon laquelle nous devons restaurer les fondements de l’état de droit pour le gouvernement est une chose très importante.”

Son FAST Party a été formé l’année dernière.

Seuls Mata’afa, ancien ministre et vice-Premier ministre sous Malielegaoi, et La’auli Leuatea Schmidt, qui a été brièvement ministre de l’Agriculture, ont une expérience ministérielle préalable.