Un « drame effrayant de l’Holocauste pas comme les autres », a déclaré The Hollywood Reporter à propos du « film audacieux », concluant que le réalisateur britannique Jonathan Glazer « est incapable de faire un film qui soit moins qu’original ».

Le film en langue allemande, qui vient une décennie après le dernier long métrage de Glazer, « Under the Skin », se déroule à l’intérieur du complexe d’Auschwitz et au-delà des murs du camp, et se concentre sur la famille de Rudolf. Hoess, le commandant le plus ancien du camp d’Auschwitz, qui vivait à deux pas.

Cependant, ils continuent leur vie normale, et la femme de Hoess (jouée par Sandra Hueller) plaisante même froidement en disant qu’elle est la « reine d’Auschwitz » en raison de leur existence idyllique.

« Glazer vient de livrer la première sensation instantanée du festival », a applaudi le magazine Variety, notant l’ovation debout de six minutes après sa première vendredi.

El horror del campamento no se muestra, pero está incesantemente presente en el sonido (trenes, incineradores, disparos y gritos) y en algunos detalles: el disgusto de los personajes por el olor insoportable, las cenizas esparcidas por el suelo, la sangre lavada de les bottes.

Pour The Guardian , le film a mis « en évidence la banalité du mal », mais tout en louant son « pouvoir incontestable », il « pourrait bien relancer le débat sur la conjuration d’effets cinématographiques intelligents à partir des horreurs de l’histoire ».

Variety l’a qualifié de « film remarquable: effrayant et profond, méditatif et immersif, un film qui élève l’obscurité humaine à la lumière et l’examine comme au microscope ».

Les critiques français ont été également impressionnés. Le Figaro l’a qualifié de « film effrayant à l’impact vertigineux » et Libération a déclaré qu’il pourrait bien remporter la Palme d’Or le 27 mai.

Il y a 21 films en lice pour le premier prix à Cannes, dont plusieurs lauréats précédents, dont le Japonais Hirokazu Kore-eda, l’Allemand Wim Wenders et le double vainqueur britannique Ken Loach.