Par JENERALI ULIMWENGU

Le monde ne s’en lassera jamais, et c’est peut-être une bonne chose pour nous tous qui souffrons tant de tribulations au quotidien que tout répit qui suscite des cris de joie et d’extase est le bienvenu.

Depuis plus d’un mois, une grande partie de ma ville connaît des pénuries d’eau, mais maintenant que la situation de l’eau s’améliore un peu, le rationnement de l’électricité est à nos portes. Eh bien, soyez reconnaissant pour les petites miséricordes; Mieux sans électricité que sans eau.

Maintenant, la Coupe du Monde de la FIFA s’est ouverte au Qatar, et tout le monde trouve maintenant l’occasion de crier et crier en faveur d’équipes qui ne les représentent même pas. Dans ces moments de joie inexplicable où l’on relégue au second plan nos soucis mondains, on prend plaisir à se concentrer sur ce que les jambes et les pieds humains peuvent faire avec un ballon rond rempli d’air.

Tout ce que nous savons de cette balle, c’est qu’elle rebondira, mais nous ne savons pas exactement comment, car certains je-sais-tout ont trouvé un moyen de faire changer la direction de la balle dans les airs d’une manière que l’on aurait cru impossible.

‘Le beau jeu’

Nous sommes obligés d’en être témoins encore et encore au Qatar. Bien qu’il soit clairement encore tôt, le monde en a déjà assez vu de ce que les Brésiliens ont surnommé « O Jogo Bonito » (le beau jeu) et nous pouvons nous attendre à ce que le reste du mois apporte plus de beauté et d’excitation. .

READ  Commerce et services | Saint-Étienne: Steel ouvre après trois ans de travaux
Annonce publicitaire

L’aristocratie du football a dû faire place à certaines innovations pour faire face aux demandes, pour le meilleur ou pour le pire, et il aura tout le temps de décider si elles étaient toutes pour le bien du jeu ou non : avec quelque 300 millions de dollars dépensés pour les préparatifs du tournoi, y a-t-il un moyen de justifier une telle dépense ? Le temps nous le dira, mais avec une économie alimentée par les hydrocarbures, qui s’en soucie vraiment ?

Le tournoi a dû être déplacé de la période habituelle de l’été de l’hémisphère nord au début de l’hiver, juste pour éviter le soleil brûlant du Qatar. Cela a eu pour effet de perturber de nombreuses ligues européennes de football, qui ont dû suspendre les compétitions nationales pendant un mois.

Maintenant, c’est important, parce que nous sommes à cette partie de l’année où la saison européenne approche à mi-chemin, et où les fans incorrigibles peuvent commencer à rêver du trophée en mai de l’année prochaine, et peut-être quelques signatures de nouveaux joueurs qui amélioreront les performances et la fortune de leurs équipes. Mais maintenant que l’aristocratie a décidé de plaire au Qatar, et que ce dernier semble avoir préparé un festin des plus somptueux, nous pouvons nous détendre et nous amuser.

peu à fêter

Mais en tant qu’Africains, nous n’avons pas eu grand-chose à célébrer car nos représentants ont été décevants jusqu’à présent. Aucune de nos cinq équipes au Qatar n’a été en mesure de produire le genre de magie qui a illuminé le ciel africain lors du dernier tournoi, comme nous l’avons vu avec le Cameroun de Roger Miller en 1990 et quelques autres éclairs de génie délivrés par des sommités comme Jay Jay. Okocha (Nigeria), Abdou Diouf (Sénégal), Sunday Olisseh (Nigeria), Lakhdar Belloumi (Algérie), Emmanuel Amunike (Nigeria) ou encore Assamoah Gyan (Ghana), Siphiwe Tshabalala (Afrique du Sud). L’impression générale de nos gars a été assez médiocre.

READ  Le nouveau rhum célèbre la connexion française du château de Killyleagh

La cruelle ironie est que le Cameroun devrait être battu par la Suisse via un but marqué par Breel Embolo, lui-même né au Cameroun mais désormais citoyen de la confédération suisse. On peut vouloir spéculer sur la fortune d’Embolo s’il était resté à la maison et avait joué pour le Cameroun. Cela n’aurait probablement pas représenté grand-chose même sans jouer au football et à la place traverser le Sahara pour s’essayer à la traversée de la Méditerranée vers l’Europe.

Mais ce ne sont là que de vaines spéculations, et qui sait à quoi chacun de nous serait arrivé si notre fortune avait été différente de ce qu’elle a été ? Donc, cet Embolo est aussi suisse que possible, et il a marqué contre le Cameroun, et c’est tout.

En augmentation

À bien y penser, les joueurs dont les origines remontent à l’Afrique ont le vent en poupe dans ce type de compétition. Seules les nations blanches les plus intransigeantes d’Europe alignent encore des équipes de joueurs entièrement blancs (pensez à la Serbie) ; la plupart des autres ont eu une touche de noir et de brun, et les nombres augmentent.

En tant qu’Africains, nous n’avons pas brillé au Qatar jusqu’à présent, mais ce n’est pas grave, car nous ne nous attendons pas à surpasser ceux qui ont eu du temps et de l’argent à investir dans ce jeu pendant des décennies et dont les gouverneurs du football sont plus à l’écoute des besoins de leur joueurs lorsqu’ils participent à des compétitions internationales sérieuses telles que la Coupe du monde.

READ  A quoi pense Apple ? - Le New York Times

Nous avons vu des équipes africaines aller à la Coupe sans payer leurs indemnités, non pas parce que le gouvernement n’a pas déboursé l’argent, mais parce que les officiels ont empoché l’argent et envoyé leurs joueurs sans le sou. Puis, après un match ou deux, les joueurs se mettent en grève et les officiels courent partout où se trouvent les joueurs avec des sacs de jute remplis d’argent. Cette fois, cela n’a pas été signalé », mais cela ne signifie pas que cela ne s’est pas produit

Nous parlerons un peu plus du tournoi, mais pour l’instant, profitez du spectacle !