L’Office fédéral de l’énergie (OFEN) précise que 80% de l’électricité consommée en Suisse est renouvelable. Cependant, une étude récente de l’Université de Genève estime que seulement 50% le sont, a rapporté RTS.

Photo par Pixabay sur Pexels.com

La différence entre 80% pour l’OFEN et 50% pour l’Université de Genève s’explique en grande partie par le mode de calcul des deux chiffres. Le calcul de l’OFEN est basé sur l’électricité achetée par la Suisse. Mais comme l’explique Elliott Romano, chercheur à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université de Genève, l’électricité que la Suisse achète n’est pas l’électricité qu’elle consomme.

Selon Romano, en 2021, l’électricité consommée par la Suisse était à 45% hydroélectrique, 5% solaire, 33% nucléaire et 11% d’origine fossile.

L’électricité que la Suisse achète n’est pas ce que la Suisse tire du réseau. L’électricité achetée entre dans le réseau (une réserve d’électricité qui couvre une grande partie de l’Europe) à partir d’un endroit donné à un moment donné. Lors de l’achat d’électricité, un certificat est délivré à l’acheteur indiquant comment l’électricité sera produite. Ce certificat permet à l’acheteur de prélever de l’électricité sur le réseau d’un autre lieu et moment. Cela signifie que l’électricité propre, par exemple solaire, pourrait être achetée pendant l’été. Mais l’acheteur pourrait tirer de l’électricité du réseau par une sombre nuit d’hiver lorsque le vendeur d’origine ne met pas d’énergie solaire sur le réseau, qui à l’époque fonctionne au charbon et au gaz.

Un autre domaine de confusion est la comptabilité autour des certificats d’énergie verte. Ceux-ci peuvent être achetés auprès de producteurs d’électricité qui ne sont même pas connectés au réseau électrique européen. Par exemple, la Suisse achète des certificats d’énergie verte liés à l’électricité produite en Islande, un pays qui n’est pas connecté au réseau européen. Cela signifie que vous achetez de l’électricité à laquelle vous ne pouvez pas accéder physiquement mais que vous êtes censé avoir consommée.

READ  Les jeunes femmes et l'ingénierie: combler le fossé

La RTS a contacté l’OFEN au sujet de ses calculs et ils ont confirmé que leur comptabilité ne reflète pas la source de l’électricité réellement utilisée en Suisse. Il y a un décalage entre les certificats d’origine de l’électricité et la fourniture physique de l’électricité elle-même, a-t-il déclaré. Le système ne permet pas de suivre ou de tracer le courant. Cependant, l’OFEN a contesté certains calculs de l’étude, notamment l’estimation de 11 % d’énergies fossiles, un chiffre qu’il prétend ne pas dépasser 3 %.

Alors, qu’en est-il des consommateurs d’électricité ? Étant donné que l’électricité est mise en commun dans une grande partie de l’Europe, il est logique de la regarder ensemble. Toute nation qui obtient de l’électricité à partir d’un pool avec une production polluante peut réduire la pollution globale en consommant moins. Peu importe où les émissions sont générées, car tout comme avec le changement climatique, nous sommes tous dans le même grand bateau.

Plus à ce sujet :
article sur la stratégie en temps réel (en français) Faites un test de français de 5 minutes maintenant

Pour plus d’histoires comme celle-ci en provenance de Suisse, suivez-nous sur Facebook Oui Twitter.