La compagnie d’assurance maladie suisse Helsana AG a été critiquée cette semaine pour avoir offert une réduction de 10% aux membres de l’organisation Swiss Pro Life.

Des membres du Parti social-démocrate de Suisse ont écrit un lettre La direction d’Helsana exhorte l’entreprise à résilier ses contrats avec le groupe anti-avortement, dont les membres s’engagent à ne pas pratiquer d’interruption de grossesse.

«En travaillant avec Pro Life, vous soutenez un mouvement qui s’attaque directement à ce droit fondamental et avec lui à la santé physique et mentale des femmes», indique la lettre, rédigée par les coprésidentes de SP Women Switzerland.

Un porte-parole d’Helsana a déclaré par e-mail que les réductions proposées à Pro Life Suisse « n’ont aucun lien avec une renonciation à l’avortement signée volontairement, qui est purement interne à Pro Life et n’a rien à voir avec Helsana ».

« Helsana respecte les positions politiques et religieuses de chacun de ses assurés », a déclaré le porte-parole Gaël Saillen. « Sa fonction est de rembourser les prestations médicales, ce qu’Helsana fait également pour l’avortement. »

L’avortement est légal en Suisse depuis 2002, lorsque les électeurs suisses ont approuvé une mesure visant à dépénaliser les interruptions de grossesse au cours des 12 premières semaines de grossesse.

En 2020, le taux d’avortement chez les femmes suisses était de 5,4%, selon l’Office fédéral de la statistique.

Nous vivons dans un monde où la réalité et la fiction se confondent

En période d’incertitude, vous avez besoin d’un journalisme de confiance. Pendant 14 jours gratuits, vous pouvez accéder à un monde d’analyses approfondies, de journalisme d’investigation, d’opinions en vedette et à une variété de fonctionnalités. Le journalisme renforce la démocratie. Investissez dans l’avenir aujourd’hui. Par la suite, vous serez facturé R75 par mois. Vous pouvez annuler à tout moment et si vous annulez dans les 14 jours, vous ne serez pas facturé.

READ  La France et l'Allemagne sont en désaccord sur la proposition de l'UE de classer le gaz et l'énergie nucléaire comme « verts »