ramin mazaheri

Presse TV, Paris

Le président français Emmanuel Macron a choqué de nombreuses personnes dans le monde avec plusieurs discours décrivant un avenir sombre pour la France et l’Europe, motivés principalement par son engagement à des sanctions à long terme contre la Russie suite aux troubles en Ukraine.

Macron a déclaré que l’Occident était à « un tournant ou à un grand bouleversement », exigeant des « sacrifices » et voyant l’Occident autrefois riche vivre maintenant dans une ère définie par « la fin de l’abondance ».

Macron pourrait ouvrir la voie à davantage de politiques d’austérité économique d’extrême droite cet automne ; ou il admet peut-être que les sanctions contre la Russie se sont retournées contre l’Europe de façon dramatique ; ou il peut résumer honnêtement les effets combinés des crises liées aux pénuries d’énergie, à l’inflation, à la sécheresse, à une décennie perdue de faible croissance économique, à une monnaie affaiblie, à un parlement national divisé et à un projet paneuropéen de plus en plus divisé.

Beaucoup disent que les poursuites pour se serrer la ceinture vont mal : la bourse française du CAC 40 a affiché son trimestre économique le plus rentable ce mois-ci, il n’y a donc certainement pas de « fin d’abondance » pour la classe d’actions. Le gouvernement a annoncé cette semaine que les plafonds sur les prix de l’énergie et du gaz prendront fin après cet automne, exposant les travailleurs pauvres à une instabilité dramatique.

Si Macron continue de gouverner comme si ses politiques avaient un large mandat populaire, il risque de rencontrer de la résistance non seulement dans la rue mais aussi au nouveau parlement.

READ  Iniesta dans le bourbier de la relégation alors que le transfert de la légende espagnole au Japon tourne au vinaigre

Les groupes de gauche et d’extrême droite au parlement, qui détiennent désormais plus de 40 % des sièges, comptent un nombre beaucoup plus important de législateurs de la classe ouvrière et commencent à se plaindre plus fort contre les sanctions contre Moscou. Le même phénomène se produit dans plusieurs pays de l’Union européenne. Il convient de noter que l’analyse accommodante de Macron fait écho aux récents points de discussion de nombreux autres grands dirigeants européens.